Tourisme: Marseille craint une "surfréquentation" cet été

·2 min de lecture

Craignant "une très forte fréquentation (...) voire une situation de surfréquentation" touristique à Marseille cet été, la municipalité a appelé mercredi à réduire la promotion de la ville, affichant son "désaccord profond" avec l'Office du tourisme de la métropole.

"Il faut amplifier les moyens dévolus à l'accueil des touristes et réduire ceux dévolus à la promotion de la ville", a insisté l'adjoint au maire au Tourisme durable, Laurent Lhardit, lors d'une visioconférence, en regrettant que l'office métropolitain du tourisme (OMT) ait prévu de dédier "plus d'un million d'euros à des opérations de publicité ou pour des salons" afin de vendre la destination marseillaise.

Pour la municipalité, dirigée depuis juin par le Printemps Marseillais, large alliance de la gauche et des écologistes, après 25 ans de règne du maire LR Jean-Claude Gaudin, la priorité devrait être mise sur l'accueil et l'information des touristes. "Il ne s'agit pas de limiter l'accès à Marseille mais de diversifier les lieux d'accueil", a expliqué M. Lhardit, estimant à "une centaine" le nombre d'agents qu'il faudrait former et recruter.

Répondant à ces critiques, le président de l'OMT, Marc Thepot, a précisé à l'AFP que "la stratégie de l'Office visait seulement à promouvoir la destination Marseille sur les +ailes+ de saison, et notamment sur le mois de septembre".

Et face à ce problème de la surfréquentation des mois de juillet et août, l'OMT "a développé des parcours touristiques alternatifs dans la ville, pour éviter les sempiternels sites de Notre-Dame de la Garde et des Goudes", le dernier quartier au sud de Marseille, à l'entrée des calanques, a insisté M. Thepot.

Celui-ci a en outre déploré que "les six élus du Printemps Marseillais mènent une politique de la chaise vide" au conseil de l'Office.

S'attendant à "une fréquentation équivalente voire supérieure" à celle de l'été 2020, quand Marseille avait largement bénéficié d'un tourisme franco-français en raison de l'épidémie de Covid-19, la municipalité espère détourner les visiteurs des calanques ou de la "Bonne Mère", "ces points chauds qu'il faudrait tiédir", a expliqué M. Lhardit.

Courant mai, la ville va présenter un projet, baptisé "L'Eté marseillais", qui détaillera des mesures destinées à gérer cet afflux saisonnier. Si depuis le 1er janvier l'OMT est géré par la métropole Aix-Marseille-Provence et non plus la ville, "c'est bien la ville qui reste l'autorité organisatrice de la saison touristique à Marseille", a insisté l'élu.

Face à la surfréquentation touristique, le Parc national des calanques, qui inclut plusieurs des calanques de Marseille, a déjà entamé cette année une cure de "démarketing", afin notamment d'encourager les visiteurs à aller voir d'autres espaces naturels proches.

ol/mdm/bma-mpm