Tourisme : l’Afrique à nouveau sur les starting-blocks

·1 min de lecture
Dans les conditions qu'elle pose pour l'accès à ses territoires, l'Afrique joue la carte de l'offensive dans la prudence. 
Dans les conditions qu'elle pose pour l'accès à ses territoires, l'Afrique joue la carte de l'offensive dans la prudence.

C'est peu dire que le tourisme africain a été sonné par le Covid-19. Aussi, la question posée est de savoir quelles destinations offrent aujourd'hui le meilleur compromis conditions d'accès, détente et sécurité sanitaire. Cela dit, il y a lieu d'enregistrer que l'Afrique est véritablement décidée à jouer de tous ses atouts pour limiter le risque sanitaire et se relancer. Disons-le tout net : l'heure est à l'ouverture, même si celle-ci est strictement encadrée. Il faut dire que d'avoir échappé à l'hécatombe qui lui était promise a donné à l'Afrique un moral suffisamment vigoureux pour essayer de transformer les mois à venir en période à succès sur le plan économique. Les pays du continent sont actuellement engagés dans une course ardue contre la montre. Pourquoi y croient-ils ? Il y a qu'avant l'apparition du nouveau coronavirus, l'Afrique s'était positionnée, avec 67 millions de visiteurs en 2019, comme la deuxième région de croissance du monde pour le secteur touristique. Selon les Nations unies, l'industrie du tourisme dans son ensemble ? restauration, hébergement, loisirs, parcs ? emploie plus de 24,6 millions de personnes sur le continent. Ils sont près d'un million de personnes à travailler dans ce secteur, que ce soit au Nigeria, en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie ou en Afrique du Sud. Et le secteur rapporte jusqu'à 169 milliards de dollars à l'économie africaine, soit 7,1 % du PIB du continent.

Le tourisme plus fort que les matières premières ?

Le tou [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles