Tour de vis. Présidentielle en République du Congo : Sassou-Nguesso veut s’imposer en maître absolu

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Après trente-six ans au pouvoir, Denis Sassou-Nguesso est candidat à un nouveau mandat à la tête de la république du Congo, le 21 mars prochain. Face à lui, six hommes qui dénoncent le verrouillage du scrutin. Et alors qu’un célèbre militant des droits humains vient d’être interpellé, l’inquiétude se renforce.

“Le rendez-vous est pris pour un K.-O. le 21 mars 2021 dès le premier tour”, prévient le site congolais NewsCD. Dans la course à la présidentielle, Denis Sassou-Nguesso semble s’être construit un boulevard jusqu’à la victoire.

Alexandre Ibacka Dzabana, figure de proue de la société civile, a été enlevé le jeudi 11 mars au matin devant son domicile. “Il a été agressé, soulevé, mis dans le véhicule et emmené dans une direction inconnue, selon des témoins”, rapporte le site Les Échos du Congo-Brazzaville. Le porte-parole du gouvernement a ensuite précisé qu’il s’agissait d’une “interpellation” pour soupçons de tentatives de “déstabilisation du processus” électoral. Un collectif d’ONG a lancé un appel à la libération d’Alexandre Ibacka Dzabana, âgé de 77 ans. Ses proches se disent préoccupés : ses “antécédents médicaux [sont] incompatibles avec une détention, quelle qu’elle soit”, rapporte Congo Media Time.

Démonstration

Il faut dire que Denis Sassou-Nguesso n’a pas l’habitude de composer

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :