Tour de vis. À Hong Kong, le cinéma soumis à une censure de plus en plus stricte

·1 min de lecture

Le 27 octobre, le Parlement hongkongais a adopté une loi interdisant tout film ou documentaire qui porterait préjudice aux intérêts sécuritaires chinois. Une atteinte de plus à la liberté d’expression et de création.

Mercredi 27 octobre, lors d’un vote à main levée, les députés hongkongais ont adopté un amendement qui durcit la censure appliquée au cinéma. Désormais, le secrétaire en chef, le numéro deux de l’administration de la ville, “pourra interdire les productions qui portent atteinte à la sécurité nationale” et “la peine maximale de prison prévue pour la projection de films considérés comme une menace a été revue à la hausse”, rapporte le South China Morning Post. Celle-ci passe de deux à trois ans de détention, et peut être accompagnée d’une amende allant jusqu’à l’équivalent de 110 000 euros.

La créativité ne peut qu’en pâtir

Ce nouveau tour de vis, voté par une Assemblée désormais acquise à Pékin, organise la censure au niveau de la distribution des œuvres cinématographiques. Ainsi, le comité de censure aura désormais vingt-huit jours, au lieu de deux semaines, pour accorder un visa d’exploitation. Et le secrétaire en chef pourra aussi interdire la projection de films préalablement autorisés s’il considère qu’ils “soutiennent, glorifient, encouragent ou incitent à des activités qui pourraient porter atteinte à la sécurité nationale”.

À lire aussi: Médias. La réalisatrice d’un documentaire à Hong Kong condamnée pour avoir vérifié des faits

La loi

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles