Le Tour est mort, vive le Tour !

·1 min de lecture
Tadej Pogacar, maillot jaune définitif ?
Tadej Pogacar, maillot jaune définitif ?

Dès la première étape alpestre, il a liquidé le suspense, dilapidé l?enjeu sportif. Le caractère imprévisible du cyclisme aura bien du mal à rebattre les cartes, un an après le scénario déroutant de la Planche des Belles Filles. Au Grand-Bornand, le tenant du titre slovène est arrivé avec 3 min 20 d?avance sur le groupe de ses principaux concurrents, qui paraissent déjà essorés. Parti seul du groupe des favoris à 30 kilomètres de l?arrivée, dans le col de Romme, Pogacar s?est envolé. Son coup de pédale, d?une souplesse et d?une efficacité remarquables, y compris dans les pentes les plus redoutables, donnait une impression d?improbable facilité.

Une fois lancé, on s?est même demandé, pour blaguer, si le vainqueur de l?an dernier ne serait pas capable de boucher les 5 minutes qui le séparaient des échappés. Chiche, Pogacar est revenu sur Michael Woods et Ion Izagirre, laissant seul Dylan Teuns, vainqueur du jour, lui résister. Dans le même temps, il creusait un écart-fleuve avec ses principaux concurrents pour le classement général. Il compte désormais 4 min 46 d?avance au général sur le premier de ses sérieux concurrents, du jamais-vu pour un favori depuis la guerre.

Pogacar fait des réserves

Le travail de sape avait commencé dès mercredi, sur le contre-la-montre mayennais d?une trentaine de kilomètres. « Pogi » l?avait remporté, au nez des spécialistes comme Stefan Küng (+ 19 secondes) ou Kasper Asgreen (+ 37 secondes) et à la barbe des autres favoris, quasi [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles