Tour de France: prison avec sursis requis contre la spectatrice à la pancarte

·2 min de lecture

La femme qui avait provoqué une chute massive de coureurs sur la route du Tour de France en brandissant une pancarte à l'intention de ses grands-parents en juin dernier a reçu une peine de quatre mois de prison avec sursis. 

Une peine de quatre mois de prison avec sursis a été requise jeudi à l'encontre de la jeune femme qui avait provoqué une chute massive de coureurs sur la route du Tour de France en brandissant une pancarte à l'intention de ses grands-parents en juin dernier.

La représentante du ministère public (accusation) Solenn Briand a souligné que la jeune femme de 31 ans, poursuivie pour "mise en danger d'autrui" et "blessures involontaires", avait "reconnu la dangerosité de son comportement" et qu'elle avait exprimé des regrets. Le jugement a été mis en délibéré au 9 décembre.

Vêtue d'un pantalon et d'un pull bleu marine, la jeune femme, sans emploi et sans casier judiciaire, avait fui les caméras à son arrivée au tribunal correctionnel de Brest dans l'ouest de la France.

Son avocat Julien Bradmetz, qui a vainement réclamé le huis clos, a présenté sa cliente comme ayant "une personnalité fragile depuis de nombreuses années". "Cette fragilité à été décuplée de sorte qu'aujourd'hui ma cliente vit un enfer", a-t-il souligné. "Allez opi-omi!" --papy-mamy en Allemand, sa grand mère étant d'origine allemande-- avait-elle écrit en grosses lettres sur un bout de carton à l'adresse de ses grands-parents, fans inconditionnels de la Grande Boucle.

C'était le 26 juin dernier, sur la commune de Sizun, à 45 km de l'arrivée de la première étape du Tour, partie de Brest en Bretagne. La jeune femme avait brandi sa pancarte en empiétant sur la chaussée, dos au peloton. Plusieurs coureurs, lancés à vive allure, n'avaient pu l'éviter. L'Allemand Tony Martin, le premier à tomber, avait entraîné dans sa chute de nombreux autres cyclistes. Son message a fait le tour du monde, mais les conséquences de ce que cette femme de 31 ans a qualifié de "bêtise"(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles