Tour de France 2021 : Julian Alaphilippe maillot jaune après avoir gagné la première étape

·3 min de lecture

Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) a remporté, samedi, la première étape du Tour de France et endossé le maillot jaune de leader du classement général.

Il va devoir troquer sa tunique arc-en-ciel de champion du monde pour le maillot jaune de leader du classement général. "Il y a pire", souriait Julian Alaphilippe, samedi 26 juin, à l'arrivée de la première étape du Tour de France 2021 qu'il a remportée à Landerneau.

Dans une arrivée en côté taillée pour ses qualités de puncheur, le Français s'est détaché dans les premiers hectomètres pour s'imposer au sommet de la côte de la Fosse-aux-Loups, devant Michael Matthews et Primoz Roglic

Il est le premier Français depuis Christophe Moreau, en 2001, à revêtir le maillot jaune à l'issue de la première étape de la Grande Boucle. Julian Alaphilippe, 29 ans, père de famille depuis quelques jours, a enlevé sa sixième étape du Tour de France depuis 2018.

"J'avais à cœur de réussir, mais de là à le faire !", s'est exclamé le Français, qui est passé à l'attaque à 2 300 mètres de la ligne.

"Dans le final, j'ai été pris dans une chute mais on a pu rentrer sans s'énerver. Il fallait conclure le travail dans la dernière ascension. J'ai donné le maximum sans me poser de question", a ajouté Alaphilippe. "Je suis trop content. C'est vraiment bien de donner des émotions à ceux qui suivent, c'est une victoire spéciale pour moi".

"Au briefing, j'ai dit que j'allais rouler comme s'il n'y avait pas d'étape demain", a ajouté le vainqueur. "Il fallait vraiment durcir, éliminer les sprinteurs qui étaient en mesure de passer comme Colbrelli, van Aert et Mathieu van der Poel".

Aucun des trois n'a rivalisé avec le champion du monde, pas même van der Poel qui arborait à titre exceptionnel la tenue or et violine rappelant le maillot de son grand-père Raymond Poulidor.

L'étape marquée par deux grosses chutes

Deux grosses chutes se sont produites dans cette étape d'ouverture. La seconde, à moins de 8 kilomètres de l'arrivée, a concerné notamment le Britannique Chris Froome, quadruple vainqueur de l'épreuve, qui a pu toutefois remonter sur le vélo après plusieurs minutes.

Pour sa première des quatre journées de course en Bretagne, le Tour a retrouvé son public, venu en nombre sur le bord des routes. Et aussi, par contre-coup, une part supplémentaire de risques puisqu'une spectatrice tenant une pancarte empiétant sur la chaussée a provoqué une maxi-chute à 45 kilomètres de l'arrivée.

L'Allemand Tony Martin, le premier à tomber, a entraîné dans sa chute d'autres coureurs, comme des dominos, sur la chaussée étroite et les bas-côtés. Entre autres, plusieurs de ses coéquipiers de la formation Jumbo, dont le Slovène Primoz Roglic (2e du Tour 2020) est le chef de file.

Le champion de Belgique Wout van Aert a pu rentrer ensuite dans le peloton, tout comme le champion d'Italie Sonny Colbrelli et le grimpeur colombien Miguel Angel Lopez.

Dans cette étape de près de 200 kilomètres, le peloton a laissé moins de quatre minutes à l'échappée constituée de Bonnamour, Pérez, Rodriguez, Schelling, Swift et van Poppel.

Ide Schelling, un jeune Néerlandais de 23 ans néophyte du Tour, s'est dégagé ensuite dans l'une des six côtes du jour, à 83 kilomètres de l'arrivée. Il s'est lancé dans un raid solitaire qui a pris fin à l'entrée des 30 derniers kilomètres et s'est adjugé le maillot à pois de meilleur grimpeur.

Dimanche, la deuxième étape se conclut également en montée, à Mûr-de-Bretagne, au bout de 183,5 kilomètres. Une autre arrivée taillée pour Julian Alaphilippe...

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles