Tour de France Femmes : la fin d'une si longue absence

© Jasper Jacobs, AFP

Trente-trois ans après la dernière édition officiellement organisée, le Tour de France Femmes renaît dimanche dans les rues de Paris. La fin d'une longue attente pour le peloton féminin.

Un mur tombe. Trente-trois ans après la dernière édition du Tour de France féminin organisée par ASO, l'année de la chute du mur de Berlin (1989), il renaît dimanche à Paris, le jour de l'arrivée de l'épreuve masculine.

"C'est hyper symbolique d'avoir l'arrivée des hommes et le départ des femmes le même jour, comme un trait d'union", souligne la directrice de l'épreuve, Marion Rousse.

Après une douzaine de tours de circuit dans Paris et 82 kilomètres, le premier maillot jaune devrait draper vers 15h30 une sprinteuse : sans doute la championne du monde italienne Elisa Balsamo, la légende néerlandaise Marianne Vos ou sa compatriote Lorena Wiebes.

"Revêtir le maillot jaune sur les Champs-Élysées est un rêve évidemment, livre Balsamo dans sa tunique arc-en-ciel. Mais Lorena est en grande forme, elle vient de gagner beaucoup en Belgique [quatre étapes du Baloise Tour, ndlr]."

>> À lire aussi : À la veille du Tour de France Femmes, les coureuses entre "excitation" et "frissons"

Pour l'immense favorite à la victoire finale le dimanche suivant, Annemiek van Vleuten, néerlandaise elle aussi dans un cyclisme féminin très teinté "d'Oranje", il faudra éviter les chutes si la nervosité dans le peloton de 144 éléments est à la hauteur de l'attente.

"Ce n'est pas un cadeau qu'on fait aux filles parce que c'est dans l'air du temps. Pas du tout. Elles le méritent d'un point de vue sportif, ça a de l'intérêt, vraiment", répète inlassablement Marion Rousse, retraitée des pelotons depuis 2015, qui reste plus que jamais le visage du cyclisme féminin en France.

Une anomalie que les huit étapes devraient corriger. "Il est temps que le départ soit donné, l'attente est trop longue. On m'en parle tous les jours depuis l'annonce", trépigne Audrey Cordon-Ragot, que son maillot tricolore de championne de France comme son franc-parler devraient propulser sur le devant de la scène.

Deux heures et demie de retransmission par jour

Après 1989, dernière édition agencée par ASO en lever de rideau du Tour de France masculin, l'épreuve a certes subsisté, mais sans le soutien – voire malgré l'opposition – de l'organisateur du Tour. Sous la forme du Tour de la CEE (1990-1993) ou du Tour cycliste féminin, devenu ensuite Grande boucle féminine (1992-2009).

Les deux heures et demie de retransmission par jour sur une chaîne nationale, France 2 dimanche, puis France 3 ensuite, promettent un coup de projecteur inédit sur la discipline à la traîne en France, comme en Belgique, où la course sera également retransmise par la RTBF.

L'inconnue concerne le public. "Il me tarde de voir à quel point il y aura des spectateurs, ce sera la surprise", estime la meilleure chance française, Juliette Labous, qui vise un top 5 final.

"Beaucoup d'étrangers vont faire le déplacement pour le dernier week-end, dans les Vosges", pronostique la grimpeuse de Besançon. "C'est là où va vraiment se jouer le classement général." Dans le Grand Ballon samedi puis la Super Planche des Belles Filles le lendemain.

"Cyclisme féminin à trois vitesses"

L'autre surprise pourrait être l'écart béant entre les petites équipes de niveau continental et les "World Teams" du premier échelon mondial, qui garantissent un salaire minimum de 27 500 euros par an. Il sera porté l'an prochain à 32 100 euros, comme dans les formations masculines de deuxième rang.

"Ce Tour va montrer un cyclisme féminin non pas à deux mais à trois vitesses. C'est comme si Ineos courait aux côtés d'une équipe de National 3", estime le patron de FDJ-Suez Stephen Delcourt, qui vise la victoire finale avec l'Italienne Marta Cavalli ou la Danoise Cecilie Uttrup Ludwig.

Il aurait préféré moins d'équipes – elles seront 24 au départ – mais davantage de coureuses par formation – huit comme chez les hommes plutôt que six. "Notre huitième coureuse est supérieure à la meilleure de la 24e équipe", avance-t-il. "Mais c'est la première édition, les organisateurs veulent donner de la visibilité à des équipes qui peuvent passer un grand cap avec ce Tour de France."

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles