Tour de France: départ pour l'étape la plus chaude, 3 non-partants dont Roglic

Le peloton des 154 coureurs du Tour de France a pris le départ dimanche après 13 heures de la 15e étape qui s'annonce comme la plus chaude de l'épreuve selon les prévisions météo entre Rodez et Carcassonne.

Trois coureurs ont renoncé à continuer la course, dont deux à cause de tests positifs au covid-19 réalisés par leurs équipes.

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo), qui était devenu le lieutenant en montagne du maillot jaune danois Jonas Vingegaard, souffre de ses blessures depuis sa chute dans la première semaine.

Les deux autres coureurs à quitter le Tour sont deux vainqueurs d'étape. L'Australien Simon Clarke (Israël PT) a gagné à Arenberg la 5e étape et le Danois Magnus Cort Nielsen (EF Education) a fait de même à Megève dans la 10e étape.

Leur double retrait porte à huit le nombre de coureurs qui sont partis en raison de tests positifs au coronavirus.

Des températures très élevées, "entre 33 et 39 degrés avec des pics jusqu'à 40 degrés possibles dans le département du Tarn" sont prévues.

Le protocole du réglement sur les conditions météorologiques extrêmes et la sécurité des coureurs a été activé pour cette journée.

Un groupe de travail composé de la responsable du service médical Florence Pommerie et des représentants des coureurs, des équipes et des organisateurs, qui s'est réuni avant le départ, a décidé d'autoriser le ravitaillement dès le début de l'étape jusqu'à 10 kilomères de l'arrivée.

La remise de bidons aux spectateurs sera égaelment autorisée pendant toute l’étape "en respectant les conditions de sécurité pour le public et les coureurs" et le délai d'élimination a été fixé à 20 % quelle que soit la moyenne de l’étape.

Le parcours de quelque 202 kilomètres est dédié aux sprinteurs dans cette étape qui traverse quatre départements d'Occitanie (Aveyron, Tarn, Haute-Garonne, Aude) jusqu'à l'arrivée programmée vers 17h51 (horaire calculé à 44 km/h de moyenne).

La route passe par le site d'Ambialet, où le Tarn décrit une étonnante boucle (Km 64), et la bourgade médiévale de Lautrec (Km 105,6) capitale de l'ail rose avant le sprint intermédiaire près du lac de Saint-Ferréol (Km 147).

"On a fait en sorte que cette journée sourie aux sprinteurs", déclare le directeur de course Thierry Gouvenou. "La montagne Noire est contournée pour éviter les cols. Le final, plutôt en faux-plat descendant, a été tracé pour avoir du vent de côté dans les dix derniers kilomètres".

Les candidats à la succession du Britannique Mark Cavendish, victorieux l'an passé pour la 34e fois dans le Tour, disposeront d'une ligne droite finale de 200 mètres pour s'expliquer, entre le canal du Midi et la célèbre cité médiévale.

jm/jde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles