Tour d'Espagne : Michael Woods sauve son Tour d'Espagne en gagnant une étape folle, Carapaz reste leader

Hugo Dupriez
·1 min de lecture

Au lendemain d’une journée de repos bénéfique pour le peloton, après une semaine éprouvante, les coureurs du Tour d’Espagne retrouvaient le Pays basque, théâtre du grand départ de cette Vuelta. Si, au départ, les 159,7 kilomètres de l’étape n’effrayaient pas le peloton, il était clair que le Puerto d’Orduna (7,8 km à 7,7%), et ses forts pourcentages à grimper à deux reprises, servirait de juge de paix. Sur ce parcours vallonné, les baroudeurs flairaient le bon coup.

16 coureurs passent à l’offensive

Si, dès les premiers kilomètres de la journée, Rémi Cavagna, spécialiste de l’effort solitaire, tentait de sortir seul. L’écart séparant le peloton du "TGV de Clermont-Ferrand" n’excédait jamais la trentaine de secondes. Après 30 kilomètres de fuite, le coureur de l’équipe Deceuninck-Quick Step se voyait reprendre par l’avant-garde du peloton. Juste avant d’entamer les premières pentes du Puerto d’Orduna, 16 coureurs prenaient quelques longueurs d’avance. Parmi les fuyards figuraient quelques coureurs de renom comme Sepp Kuss (Jumbo Visma), Rui Costa (UAE Team Emirates) ou encore Niki Terpstra (Total Direct Energie).

Mais, dans l’ascension, la course devenait complètement folle. En effet, il y avait alors des coureurs éparpillés partout. Dès les premiers hectomètres, un groupe de contre, dans lequel...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi