Toulouse : trois hommes écroués après un viol collectif

Z.L.
Les trois hommes ont été écroués jeudi

La jeune fille a réussi à s’enfuir de l’appartement où les trois hommes l’avaient violée tour à tour.


L’affaire remonte à plusieurs mois. Trois hommes, dont deux frères, âgés de 26, 29 et 40 ans, ont été mis en examen et écroués jeudi à Toulouse (Haute-Garonne) pour un viol collectif. Tous trois auraient violé tour à tour une jeune fille de 25 ans lors d’une soirée arrosée en octobre dernier.

Ce soir-là, la victime et une amie doivent sortir en boîte de nuit avec un copain. Ce dernier arrive avec deux autres hommes venus de Carcassonne, rapporte La Dépêche du Midi. L’équipée se fait refouler de discothèque et l’amie décide de rentrer se coucher.

Mais la victime continue à boire avec les trois garçons dans l’appartement de l’un d’eux. Jusqu’à ce que l’un de ces hommes l’entraîne dans une chambre, la viole et aide ses deux acolytes à faire de même.

La cheville cassée dans sa fuite

La jeune fille parvient à s’échapper de l’appartement, elle est pieds nus et débraillée. Dans sa fuite, elle se casse la cheville mais parvient en boitant à arrêter un automobiliste, qui la conduit à l’hôpital.

Les examens qui y sont pratiqués confirment son viol et elle dépose plainte. La police a peu d’indices mais parvient à mettre la main sur le Toulousain et les deux hommes, originaires de Carcassonne. Deux d’entre eux sont frères.

Ces trois hommes ne sont pas connus des services de police. L’un est marié, père de famille et fonctionnaire à Carcassonne, un autre travaille dans l’entretien d’immeuble et le dernier est magasinier. Selon La Dépêche, tous trois se renvoient les responsabilités.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Etats-Unis : trois femmes blessées par une camionnette, le conducteur arrêté
«Despacito» effacé de YouTube : deux hackers jugés en octobre à Paris
CRS agressés à Grenoble : une information judiciaire ouverte pour violences
Soupçon de trahison à la DGSE : «Mon frère est un grand patriote»
Deux espions français trop proches de Pékin