Toulouse : trahi par son ADN, il est condamné pour viol sept ans après les faits

Un violeur a été condamné à 18 ans de réclusion. (Photo d'illustration : Getty Images) (Getty Images)

Un homme était jugé par la cour criminelle pour avoir violé et agressé sexuellement plusieurs étudiantes à Toulouse. Le premier viol remonte à 2012.

Un homme de 54 ans, fonctionnaire territorial, en poste au Conseil régional d’Occitanie, a été condamné après trois jours de procès par la cour criminelle, ce jeudi 15 septembre, rapporte Actu Toulouse.

Le quinquagénaire avait été mis en détention provisoire en avril 2019 après sa mise en examen pour "viols et agressions sexuelles aggravées", sept ans après avoir violé une étudiante de l’université Paul-Sabatier à Toulouse.

Durant ces années, l'individu dont le profil ne figurait pas au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) a continué d'agresser et de violer des jeunes femmes. L'ADN de cet homme avait en effet été retrouvé une nouvelle fois après le viol d'une autre victime en 2016, sans qu'il ne soit identifié.

18 ans de prison

C'est alors une autre affaire en 2018 qui permet aux policiers d'interpeller l'agresseur. Au mois de septembre, une étudiante est victime d'agression en rentrant chez elle. L'homme lui demande une fellation et la jeune femme fond en larmes. L'individu finit par lui donner son numéro de téléphone.

La victime dépose plainte, permettant ainsi l'interpellation du quinquagénaire deux mois après. Son ADN se révèle être identique au profil du violeur d'étudiantes recherché depuis plusieurs années. Au total, l’instruction a permis d’identifier douze victimes d’atteintes sexuelles, relate le média local.

L'homme a été condamné, ce jeudi, à 18 ans de réclusion.

Ce contenu peut également vous intéresser :