Toulouse : un protagoniste de l'affaire du "pullover rouge" mis en examen pour meurtre

Le frère d'une victime de l'affaire du "pullover rouge" a été mis en examen (image d'illustration).

Le frère de Marie-Dolorès, tuée à 8 ans en 1974 dans l'affaire dite du "pullover rouge", a été mis en examen pour le meurtre d'une jeune femme égorgée à Toulouse.

Jean-Baptiste Rambla, le frère de Marie-Dolorès, tuée à 8 ans en 1974 dans l'affaire dite du "pullover rouge", a été mis en examen vendredi et placé en détention provisoire pour le meurtre d'une jeune femme égorgée à Toulouse, a indiqué le parquet.

Jean-Baptiste Rambla "a été mis en examen par le juge d'instruction du chef de meurtre en récidive", selon un communiqué du parquet.

A lire : Cintia, tuée à Toulouse : un suspect et l’ombre de l’affaire Ranucci

L'homme de 49 ans a été placé en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Cintia Lunimbu, 21 ans, dont le corps avait été découvert le 27 juillet à Toulouse, gisant dans une mare de sang. La victime présentait des "plaies d'égorgement", selon le parquet.

Des "traces biologiques recueillies sur les lieux du crime" ont permis d'orienter l'enquête, précise-t-on de même source, sans confirmer cependant des informations de presse selon lesquelles le suspect aurait avoué. 

Il avait six ans quand sa soeur a été enlevée

Jean-Baptiste Rambla est le frère de la petite Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, kidnappée et tuée en 1974 à Marseille. L'affaire avait défrayé la chronique pendant de longues années, en raison de la parution en 1978 d'un livre, "Le pullover rouge" de Gilles Perrault, qui avait alimenté les doutes sur la culpabilité de Christian Ranucci condamné à mort et guillotiné en 1976 pour le meurtre. 

Rambla avait six ans quand il a assisté au kidnapping de sa sœur. Il a refait parler de lui en 2008, quand il a été condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre en 2004 de son ex-employeuse dont le corps avait été découvert plus de sept mois après les faits.

Après un transfert à la prison de Muret,(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages