Toulouse: l'homme qui s'est échappé des urgences psychiatriques a été interpellé

·1 min de lecture
Carte de la localisation de l'hôpital Purpan de Toulouse. - BFMTV
Carte de la localisation de l'hôpital Purpan de Toulouse. - BFMTV

876450610001_6293970215001

L'homme qui s'est évadé jeudi matin des urgences psychiatriques de l'hôpital Purpan à Toulouse (Haute-Garonne) a été interpellé peu après 16h, a appris BFMTV de source policière, confirmant une information de La Dépêche du midi.

Âgé d'une trentaine d'années, il était considéré comme "très dangereux" après avoir été déclaré pénalement irresponsable pour "tentative d'assassinat" commise le 10 novembre 2017 à Blagnac. Il avait, ce jour-là, foncé sur trois piétons qui traversaient sur un passage protégé devantun campus universitaire. Rapidement interpellé, il avait reconnu les faits devant les policiers, indiquant avoir "entendu des voix" lui ordonnant de "faire du mal à quelqu'un".

Trois évasions en une semaine à Toulouse

Il s'était enfui ce jeudi matin de l'hôpital Purpan, où il était pris en charge au sein d'un unité d'hospitalisation psychiatrique sécurisée depuis 2019, en déclenchant le système anti-incendie de l'établissement.

"L'alarme de sécurité incendie s'est déclenchée après que le patient a volontairement perturbé le système de prévention et de protection", a indiqué le CHU de Toulouse dans un communiqué, ajoutant que l'homme interpellé a réintégré l'unité psychiatrique.

Cette nouvelle évasion intervient une semaine après celle de Jérémy Rimbaud, surnommé le "cannibale des Pyrénées", de l'hôpital psychiatrique Gérard Marchant. En outre, un deuxième individu s'était échappé du même établissement quelques jours après et avait été interpellé par la brigade anti-criminalité de Toulouse.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles