A Toulouse, Hamon en appelle à la jeunesse

A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon, en difficulté dans les sondages, a exhorté mardi soir à Toulouse la jeunesse à garder "sa liberté et son courage". /Photo prise le 18 avril 2017/REUTERS/Régis Duvignau

TOULOUSE, Haute-Garonne (Reuters) - A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon, en difficulté dans les sondages, a exhorté mardi soir à Toulouse la jeunesse à garder "sa liberté et son courage".

Devant 6.000 personnes réunies au Zénith de Toulouse, le candidat de la gauche a ciblé en priorité Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, comparant le premier à "l'homme qui marche sur l'eau à Marseille" et le second à "Napoléon le Petit".

Alors que les instituts de sondages le mesurent à moins de 10% des intentions de vote, il a rappelé dans ce fief de la gauche les combats historiques, citant la Sécurité sociale, la construction européenne, le Manifeste des 343 Salopes pour le droit à l'avortement et la loi Veil qui a légalisé l'IVG.

"Je veux dire cela aux jeunes: soyez libres de dire les combats qui vous semblent justes, n'acceptez pas que l'on vous impose quelque chose (...) Soyez libres, posez ces actes de courage qui détermineront demain ce que sont les droits de tous. Votez pour vous et pour rien d'autre. Certainement pas pour ce que l'on vous dit", a-t-il déclaré.

A la veille de son meeting mercredi sur la place de la République à Paris, Benoît Hamon a dénoncé "l'OPA sur l'Elysée" que tente, dit-il, Emmanuel Macron, moquant au passage la capacité du candidat du mouvement En Marche! à "s'adapter à l'auditoire" qu'il a devant lui.

"On attend un président de la République, pas un homme qui a une position à chaque interlocuteur", a attaqué le candidat de la gauche, ajoutant que "ces politiques visant à ne pas différencier la gauche et la droite, cela se traduit par une montée des extrêmes et là, nous sommes à la dernière station avant le désert".

"IL Y A PLUS D'INCONFORT À GOUVERNER QU'À PROTESTER"

Ciblant ensuite Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon a défendu l'importance de rester dans l'Europe pour stopper le réchauffement climatique.

"Je ne conteste pas qu'il soit aussi écolo que nous mais il y a quelque chose qui ne marche pas: arrêter le réchauffement climatique, cela suppose une action résolue des Européens", a-t-il dit.

Evoquant ses visites de campagne dans les quartiers populaires de France, Benoît Hamon a critiqué les grands discours du candidat de la France insoumise, jugeant qu'"il y a plus d'inconfort à gouverner qu'à protester".

"Mes rapports avec les Français ne consistent pas à aller chercher l'acclamation de foules (...) Ceux qui n'aiment que les meetings sont ceux qui esquivent aussi les débats démocratiques", a-t-il souligné, en référence au dernier débat télévisé qui aurait dû se tenir jeudi soir sur France 2 mais que la chaîne publique, face aux réticences de plusieurs candidats dont Jean-Luc Mélenchon, a dû transformer en entretiens séparés.

(Julie Rimbert; édité par Henri-Pierre André)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages