Toulouse : en garde à vue à 64 ans pour des tags antisémites et racistes

LExpress.fr
L'homme de 64 ans, connu des services de police, a reconnu les faits et sera jugé en comparution immédiate lundi.

Il est connu des services de police. Un homme de 64 ans a été placé en garde à vue et sera jugé en comparution immédiate lundi pour "des tags antisémites et racistes" à Toulouse, a indiqué ce vendredi une source policière. Deux inscriptions ont été découvertes lundi dans la périphérie toulousaine. Sur la première, les mots "juifs" et "franc-maçons" étaient assortis de croix gammées sur la façade d'une banque. En face, sur un mur d'un immeuble en chantier, on pouvait lire "Arabes dehors", selon la même source. 

L'enquête menée par la sûreté départementale a permis d'identifier un individu "connu des services de police", qui a été interpellé jeudi matin à son domicile à Toulouse. Le sexagénaire "a reconnu les faits durant sa garde à vue", a précisé la source policière. Il devait être déféré au parquet vendredi "pour être jugé en comparution immédiate lundi", a-t-elle ajouté. 

Courriers et tags antisémites

Le mois dernier, la présidente (PS) de la région Occitanie, Carole Delga, avait porté plainte après avoir reçu une lettre antisémite et sexiste contenant une menace de mort. Quelques jours plus tard, le président de la communauté juive de Montauban (Tarn-et-Garonne) avait porté plainte pour un autre courrier antisémite reçu à son cabinet d'avocat. Le 2 mars, un homme de 65 ans a été condamné pour avoir inscrit une cinquantaine de tags antisémites et injurieux le long de la ligne C du RER. 

Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées le 19 février à Toulouse à l'appel de partis politiques et associations pour dire non à l'antisémitisme. D'autres rassemblements se sont tenus dans les principales villes de la région. 

Retrouver cet article sur L'Express.fr

Toulouse : en garde à vue à 64 ans pour des tags antisémites et racistes

Des tags antisémites découverts sur une mairie du Bas-Rhin

Loi Avia : ce que prévoit la majorité pour lutter contre la "cyberhaine"

Strasbourg : la stèle de l'ancienne synagogue a été heurtée par accident