Toulouse : un faux ostéopathe affirmait pouvoir guérir le Covid-19

·2 min de lecture
Le faux praticien sévissait dans le centre-ville de Toulouse

Un homme de 60 ans soupçonné d'exercer illégalement l'activité d'ostéopathe depuis plusieurs années a été arrêté ce lundi à Toulouse.

Il usait de son charisme pour subjuguer ses "patients". Un homme âgé de 60 ans, a été arrêté par la police ce lundi à Toulouse (Haute-Garonne), après que les enquêteurs ont réuni des éléments pour le moins accablant sur son compte. Depuis une dizaine d'années, cet individu exerçait ainsi l'activité d'ostéopathe en toute illégalité, sans l'agrément nécessaire pour ce genre de profession et sans jamais avoir déclaré ses gains au fisc !

Selon La Dépêche du Midi, qui révèle cette sulfureuse histoire, c'est la plainte déposée en juin 2020 par le fils d'une patiente du faux ostéopathe, inquiet de voir sa mère sous l'emprise de l'individu, qui a déclenché l'ouverture d'une enquête et donc la chute du charlatan quelques mois plus tard.

Un remède contre le Covid à base de "gouttes de bourgeons de plantes"

Décrit par les gendarmes comme "un gourou" et comme "un individu qui fascine son auditoire", l'ostéopathe autoproclamé, installé dans le centre-ville de Toulouse depuis environ une dizaine d'années, avait réussi à charmer et à fidéliser au fil des années une clientèle conséquente, notamment composée de personnes âgées, permettant à son affaire de prospérer.

Comme le rapporte La Dépêche du Midi, l'individu proposait également, dans le cadre de l'association "de bien-être" qu'il dirigeait, des formations payantes. Ces derniers mois, il s'était par ailleurs mis au goût du jour, en proposant un "remède miracle" pour soigner et guérir le Covid-19, à base de "gouttes de bourgeons de plantes".

Un préjudice estimé à 300 000 euros

Après la plainte déposée par le fils d'une de ses clientes et un signalement de l'Autorité régionale de santé, une enquête a été ouverte par la gendarmerie. Celle-ci a rapidement permis de démontrer que le sexagénaire ne dispose d'"aucun agrément pour pratiquer toutes ces activités", mais aussi "qu’il n’aurait a priori rien déclaré à l’administration, encore moins aux impôts", détaille le quotidien local.

Interdit d'exercer dans l'attente de son procès, qui devrait se tenir en janvier 2022, le faux ostéopathe est soupçonné d'avoir amassé ainsi un préjudice estimé à 300 000 euros ! "Il entend se défendre de ces accusations qui dépassent considérablement les torts qui ont été les siens", précise son avocat, cité par La Dépêche du Midi.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles