Toulouse : un ancien refuge de résistants menacé par l'extension d'un jardin public

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Les murs du 17 ont abrité les activités clandestines d’un groupe toulousain de francs-tireurs et partisans (FTP) et accueilli le résistant Louis Taudou. (Photo d'illustration)
Les murs du 17 ont abrité les activités clandestines d’un groupe toulousain de francs-tireurs et partisans (FTP) et accueilli le résistant Louis Taudou. (Photo d'illustration)

« Sauver le 17, chemin Lapujade, c'est sauver une maison avec ses habitants.es et une partie de la mémoire de la résistance toulousaine. » Le 14 novembre, une famille de la Ville rose a lancé un appel à l'aide sur Facebook. Depuis plusieurs jours, Christel, documentaliste de 41 ans, Jean-François, son compagnon, et leurs trois enfants se mobilisent sur les réseaux sociaux pour sauver leur maison, menacée par l'extension d'un jardin public voisin, rapporte Le Parisien.

Plus qu'un foyer, c'est un morceau d'histoire qu'ils veulent sauver : les murs du 17 ont abrité les activités clandestines d'un groupe toulousain de francs-tireurs et partisans (FTP) et accueilli le résistant Louis Taudou, connu localement pour son livre Libérer Toulouse, qui raconte la perquisition de la Gestapo dans cette maison en 1944.

Un terrain préempté par la mairie

L'habitation, située au 17, chemin Lapujade, dans le quartier Matabiau-Bonnefoy, a été préemptée par la mairie de Toulouse, dans le cadre du projet de rénovation urbaine Matabiau-Quai d'Oc, explique le quotidien francilien. Locatrice puis propriétaire (depuis cet été seulement) de cette ancienne maison de cheminots, la famille a appris que la ville comptait en effet étendre le jardin Lapujade attenant. « Nous ne sommes pas contre l'action publique, mais nous ne voulons pas partir sans le dire, et sans tenter de sauver notre maison, qui a vu passer des résistants pendant la guerre », fait valoir Christel auprès du Parisien.

Lire [...] Lire la suite