«Toujours les mêmes qui trinquent» : les syndicats vent debout contre la réforme des retraites

© MAXIME GRUSS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La nouvelle réforme des retraites ne passe pas. Les syndicats œuvrent pour faire de la journée du 19 janvier, une journée noire dans tous les domaines d'activité. Le privé n'est pas en reste. Devant les bureaux de l'entreprise Capgemini à Toulouse, les responsables et les représentants du personnel tentent de mobiliser.

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

"On ne sait même pas si on aura le temps de profiter de la retraite"

"Le 19 janvier, y a quelque chose." Ali arrête chaque voiture pour distribuer le tract de l'intersyndicale. Pour le délégué CGT, il faut marquer le coup le 19 janvier. "Il faut s'arrêter de bosser ce jour-là. On fait la manif, le soir on se compte et on voit si on peut faire annuler cette réforme", explique-t-il.

Certains salariés prennent acte poliment et rangent le tract dans leur sac, mais d'autres sont bien décidés à se mobiliser comme Sébastien et Denis. "Ça nous dit retraite à 64 ans … Nous, on a commencé à travailler tard en général. Pour ma part à 23 ans et vu que c'est en annuités, c'est une retraite à 66-67 ans. On ne sait même pas si on aura le temps de profiter de la retraite", "ça nous donne envie de râler, au bout d'un moment il y en a marre que ce soit toujours les mêmes qui trinquent", lancent-ils au micro d'Europe 1.

>> LIRE AUSSI«On va finir avec un déambulateur dans l'usine» : ces salariés qui refusent un départ à la retraite à 64 ans

"À 35 ans, on n'est déjà plus rentable"

Robert Amad de la CGT Capgemini ...


Lire la suite sur Europe1