"Je suis toujours habillée comme un sac" : Hélène Rollès se confie sur son rapport à la célébrité

·1 min de lecture

"Hélène, je m'appelle Hélène. Je suis une fille comme les autres", chantait Hélène Rollès en 1993. Près de trente ans plus tard, elle ne fait pas démentir les paroles de son tube qui a cartonné jusqu'en Asie. Quand Voici l'interroge ainsi : "Les paillettes ce n'est pas ton truc ?", la star de la série Hélène et les garçons répond sans langue de bois : "Pas plus que ça." Alors que beaucoup courent après le glamour et la notoriété, l'artiste a tenté d'y échapper, préférant un bon vieux jean aux robes de soirée. "Dans la vie de tous les jours, je suis toujours habillée comme un sac", s'est-elle amusée à raconter dans le magazine. "Je ne veux pas qu'on me reconnaisse mais, quoi que je fasse, on me démasque", a-t-elle résumé avant de raconter ce qu'elle a fait pour essayer de passer incognito, sans succès.

"Un jour, j'avais acheté une perruque, un carré brun en vrais cheveux qui m'avait coûté une fortune pour pouvoir sortir en paix et on m'a reconnue avec", a révélé Hélène Rollès. "J'ai eu tellement honte que je l'ai jetée", a-t-elle ajouté. La star des séries produites par Jean-Luc Azoulay n'a jamais pris la grosse tête, même au moment du carton d'Hélène et les garçons. "Le week-end, je rentrais chez mes parents et j'étais logée à la même enseigne que mes sœurs. Succès ou pas, quand c'était mon tour de faire la vaisselle, je n'avais pas le choix", s'est remémoré Hélène Rollès dans Voici. "Après avoir signé des centaines d'autographes, ça remet les idées en place", a-t-elle poursuivi. (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Exclu. Sophie Tapie revient sur son expérience dans The Voice 2 dans l'équipe de Jenifer : "Ça ne m'a absolument pas aidée"
Carla (The Voice Kids) : "Ma grand-mère était la prunelle de mes yeux"
"Je n'avais pas d'amis" : les touchantes confidences de Clara Luciani sur son enfance
Renaud, au nom du père (W9) : les révélations de son frère jumeau, David Séchan (VIDEO)
Joana Balavoine, fille de Daniel Balavoine, revient sur son addiction à la drogue : "Devoir m’occuper des affaires de mon père m’a sauvée"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles