Touche pas à mon poste : Loana de retour ? Benjamin Castaldi exprime ses gros doutes

·1 min de lecture

Le passage de Loana dans Touche pas à mon poste ces derniers jours a plus choqué les téléspectateurs qu’il ne les a rassurés. C’est l’air hagard que l’ex-gagnante de Loft Story a débarqué sur le plateau de Cyril Hanouna pour livrer sa vérité. Après avoir accusé son ex Fred Cauvin de l’avoir frappée, Loana a décidé d’agir en portant plainte. Mais l’ancien partenaire n’est pas le seul dont souhaite s’éloigner Loana. Sa mère, Violette, est également visée par une plainte. Ce calvaire, la maman de Mindy venait donc en parler dans le talk-show de C8. Une apparition peu convaincante et fortement critiquée sur les réseaux sociaux. L’aspect physique de Loana posait question à l’instar de sa manière de s’exprimer. Les chroniqueurs alors autour de la table ne semblaient pas d’ailleurs des plus à l’aise en écoutant l’invitée qu’avait choisie Cyril Hanouna. Parmi eux, Benjamin Castaldi, plus concerné que jamais puisque c’est grâce à l’émission qu’il présentait à l’époque que Loana a été révélée au public.

Interviewé par TV Mag, Benjamin Castaldi est revenu sur le passage de Loana dans Touche pas à mon poste et sur le poste de chroniqueuse que lui a proposé Cyril Hanouna. Selon le petit-fils de Simone Signoret, revenir sur le petit écran n’est pas la meilleure des solutions : « Je ne sais pas si ça lui fait du bien ou pas. Je ne sais pas si c’est trop tôt ou pas. En tous les cas, je trouve que c’est pas mal de lui tendre la main, au moins d’essayer quelque chose avec elle. »

Pour autant, si (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Jean-Pierre Pernaut : pourquoi il a vraiment "mal vécu" le dernier mois de son confinement
Touche pas à mon poste : Jean-Michel Maire absent depuis de longues semaines, la raison dévoilée
Gilles Lellouche et Jean Dujardin : leur tacle violent à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot
Rachel Legrain-Trapani en petite forme et souffrante : elle donne de ses nouvelles à ses abonnés
Koh-Lanta, les armes secrètes : comment les candidats se sont adaptés à la crise sanitaire ?