Les tortues Galapagos en contact avec les hommes résistantes aux antibiotiques

·1 min de lecture

Les tortues qui partagent leur habitat avec des humains, notamment dans les zones agricoles, urbaines et touristiques, présentent une plus grande quantité de bactéries résistantes à des antibiotiques à usage humain ou vétérinaire, selon une étude.

Huit antibiotiques se sont montrés moins efficaces sur les tortues géantes Galapagos, qui vivent sur l'archipel équatorien du même nom, en raison de leur contact avec les humains, a annoncé le 28 juin 2021 la Fondation Charles Darwin (FCD) à partir des conclusions d'une étude.

"Les résistances aux antibiotiques s'étend dans le monde"

Les tortues qui partagent leur habitat avec des humains, notamment dans les zones agricoles, urbaines et touristiques, présentent une plus grande quantité de bactéries résistantes à des antibiotiques à usage humain ou vétérinaire, selon cette étude. "Les tortues qui vivent dans des zones éloignées et sans interaction avec les êtres humains (...) présentent moins de résistance", explique la FCD dans un communiqué. L'étude a été réalisée par des scientifiques appartenant à divers organismes, plusieurs universités espagnoles, le zoo de Saint-Louis aux Etats-Unis et le Parc national des Galapagos. Des analyses ont été effectuées sur les déjections de 270 tortues vivant sur les îles Alcedo et Santa Cruz, les plus peuplées de l'archipel. "Les résistances aux antibiotiques s'étend dans le monde, provoquant une pandémie invisible qui compromet la santé et les traitements de maladies humaines et animales", souligne Ainoa Nieto Claudin, chercheuse au sein de la FCD et du zoo de Saint-Louis.

La pandémie de Covid-19 "a augmenté l'utilisation d'antibiotiques et en conséquences l'apparition de bactéries résistantes dans le monde entier", poursuit la scientifique. "L'étroite cohabitation entre les animaux et les êtres humains créé le scénario idéal pour que les bactéries résistantes entrent en contact avec les espèces sauvages et contaminent leur habitat, perpétuant le cycle de transmission des résistances", ajoute-t-elle. Selon l'étude, publiée dans la revue Environmental Pollution, les valeurs de résistance rencontrées sont "encore basses", ce qui suggère que "nous sommes face à une situation qui pourrait être réversible" si l'usage d'antibiotiques [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles