"Elle a tort": Robert Ménard critique la position de Marine Le Pen et plaide pour le pass sanitaire

·3 min de lecture

Le maire de Béziers, invité ce mercredi sur BFMTV, a estimé que Marine Le Pen avait "tort en laissant entendre qu'il y a d'autres solutions" que la vaccination pour contrôler la reprise épidémique.

Un désaccord sur le fond. Robert Ménard a estimé ce mercredi que Marine Le Pen se trompait sur la question de l'extension du pass sanitaire en France pour freiner la quatrième vague de l'épidémie de Covid-19. Interrogée à l'Assemblée nationale, où est discuté le projet de loi sanitaire, la députée et présidente du Rassemblement national a dénoncé un texte qui "viole les libertés individuelles et accessoirement l'égalité entre les citoyens".

"Elle a tort, elle a tort", lui rétorque le maire "sans étiquette" de Béziers élu avec le soutien du Rassemblement national. "Je comprends quand elle dit qu'on veut aller tellement vite que des gens ne pourront pas présenter de vaccins dans les délais qu'on demande et j'espère que le gouvernement n'appliquera pas la loi comme ça du jour au lendemain [...] Là où elle a tort, c'est laisser entendre qu'il y a d'autres solutions, il n'y a pas d'autre solution! Il n'y a pas d'autre solution que la vaccination", a-t-il martelé sur notre antenne ce mercredi.

"Il faut arrêter avec l'opposition stupide"

S'il considère toutefois que son alliée politique est "raisonnable" en jouant son rôle d'opposante politique dans l'Hémicycle, Robert Ménard est moins tendre envers son entourage.

"Moi je ne suis pas un pro-Macron, je ferai campagne pour Marine Le Pen contre Emmanuel Macron. Mais quand je vois un certain nombre d'amis de Marine Le Pen expliquer que c'est attentatoire aux libertés [...] Quand j'entends un certain nombre de gens dire qu'Emmanuel Macron est un dictateur, j'ai envie de leur donner un coup de pied dans les fesses, les emmener dans une vraie dictature et qu'ils voient un tout petit peu la différence."

Invité à réagir aux images de la manifestation à Chambéry des anti-pass sanitaire, qui a débouché sur le décrochage du portrait officiel d'Emmanuel Macron, l'édile de Béziers a déploré "le degré de bêtise" de certains et salué l'acte "plutôt courageux de la part du chef de l'État" d'élargir le pass sanitaire: "il faut arrêter avec l'opposition stupide".

Les "barjots" Asselineau, Dupond-Aignan et Philippot

Interrogé sur une éventuelle obligation vaccinale de tous les adultes, Robert Ménard estime qu'"on y sera obligés" et que celle-ci n'a pas encore été annoncée par "absence de courage politique".

"C'est même pas si j'y suis favorable ou pas, c'est qu'on passera par ça", assure le maire, "oui, c'est attentatoire à votre libertés, mais à un moment donné, il faut peut-être limiter les libertés si c'est le prix à payer pour demain vivre plus librement."

Robert Ménard s'est enfin indigné des mensonges véhiculés par "la triplette Asselineau, Dupont-Aignan, Philippot", des élus "barjos" proches des idées du Rassemblement national qu'il accuse d'électoralisme.

"Ils se disent qu'il y a un petit créneau politique 'si je peux grapiller quelques centaines de milliers de voix, j'y vais! [...] C'est minable, honnêtement, c'est minable."

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles