Le torchon brûle entre l'Espagne de Pedro Sanchez et l'Argentine de Javier Milei

Madrid a rappelé son ambassadrice à Buenos Aires dimanche 19 mai, après des propos jugés « insultants » du président argentin à l'égard de l'Espagne et de son Premier ministre. Le gouvernement de gauche espagnol a exigé des excuses publiques du chef de l'État de droite argentin, laissant planer la menace d'une rupture des relations diplomatiques.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

Javier Milei ne semble pas avoir l'intention de s'excuser, bien au contraire. Le président de la Nation argentine a continué à jeter de l'huile sur le feu ce lundi 20 mai, affirmant sur les réseaux sociaux qu'il surfait « sur une vague de larmes socialistes », en référence à la réaction du gouvernement espagnol de Pedro Sanchez.

Après une première passe d'armes diplomatique il y a quinze jours, M. Milei est venu en Espagne ce week-end. Mais pas pour rencontrer les autorités du pays, sinon pour participer à un événement du parti d'extrême droite Vox. Et pendant son discours, il s'en est pris, de façon très claire et sans la nommer, à la femme de M. Sanchez, l'accusant de corruption.


Lire la suite sur RFI