La «Topo» et Topor

Libération.fr

Le livre-monstre de Daniel Spoerri revient

Il fut le contributeur essentiel d’un livre-monstre, toujours en excroissance plus de cinquante ans après. Avant lui, la Topographie anecdotée* du hasard de Daniel Spoerri était seulement - et déjà - un texte insolite. Le 17 octobre 1961, l’artiste avait fait l’inventaire des objets composant sa table de travail dans sa chambre miteuse de l’hôtel Carcassonne, 24 rue Mouffetard.

Daniel Spoerri avait décidé d’en faire le catalogue de sa première exposition à la galerie Lawrence à Paris, déconnecté des œuvres présentées. «Le galeriste m’avait donné carte blanche, et au lieu d’une invitation papier glacé furent envoyés gratuitement mille exemplaires de l’opuscule, qui devint bientôt une rareté bibliophilique, car sur les mille, environ neuf cents furent pris pour d’assommantes brochures publicitaires et atterrirent à la poubelle», relate l’artiste dans sa préface à l’édition Nautilus de 1998. Il eut rapidement envie de faire une nouvelle édition de la rareté de 1962.

Topor est le premier de ses amis qui crée le principe d’augmentation et d’amplification de ce manifeste conceptuel destiné à l’origine à se moquer du marché de l’art. En vingt minutes chrono, sur un coin de table, il dessine à l’aveugle tous les objets décrits par Spoerri, soit cent dessins. Un ami anglais traduit la Topo en ajoutant des notes, auxquelles Spoerri répond par d’autres notes. Puis un ami allemand traduit l’ensemble en ajoutant encore des notes, auxquelles Spoerri répond… L’objet n’a pas cessé de grossir avec les contributions des traducteurs et des membres de Fluxus, Robert Filliou, Emmett Williams et Dieter Roth. Une petite réunion d’avant-garde fumante. L’opuscule de départ a connu onze éditions, subi six couches d’annotations, suscité sept préfaces, la dernière édition en date étant celle publiée en français à l’automne par le Nouvel Attila «Label Othello»/Bureau des activités littéraires (396 pp., 25 €).

Si le principe du livre tient à la description (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Tourneur de pages
L’irrévérent Topor 2017, année de célébration
romansessaisphilosophierevue
Autel maternel
La vieille dame et la mort

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages