“Top Chef 2022”: Sébastien Renard réagit à son élimination

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sébastien Renard, le candidat éliminé de la compétition de Top Chef réagit (Photo: Pascal ViLA/M6)
Sébastien Renard, le candidat éliminé de la compétition de Top Chef réagit (Photo: Pascal ViLA/M6)

Sébastien Renard, le candidat éliminé de la compétition de Top Chef réagit (Photo: Pascal ViLA/M6)

TÉLÉVISION - Une joie de vivre à toute épreuve. Après avoir changé trois fois de brigade au cours de la saison, Sébastien Renard a définitivement rendu ses manchettes violettes aux portes de la finale de Top Chef ce mercredi 8 juin.  

Lors de ce dix-septième prime diffusé sur M6, Arnaud, Louise et Sébastien avaient les cartes en main sur le choix des épreuves. Chacun a imposé sa propre thématique pour tenter de gagner sa place pour la grande finale. Malheureusement pour le candidat de Paul Pairet, ses assiettes n’ont pas réussi à dépasser celles de Louise et Arnaud, qui sont les deux grands finalistes de cette treizième saison.

À 27 ans, Sébastien Renard perçoit la cuisine comme un moyen de se faire plaisir et de voir les gens sourire. Son leitmotiv ? “C’est beau quelqu’un qui sourit et ça ne coûte rien”. Après avoir commencé sa carrière dans le Nord, il a fait ses armes à Paris aux côtés des chefs Alain Ducasse et Christophe Saintagne. Désireux de retrouver sa famille, il revient dans sa région natale et rejoint l’équipe de Marc Meurin, qu’il considère aujourd’hui comme un second papa.

Son côté excentrique et sa bonne humeur inébranlable ne l’empêchent pas d’avoir une grande technicité et une rigueur qu’il a su démontrer tout au long du concours. Après son élimination, il a accepté de répondre à quelques questions posées par Le HuffPost:

L’aventure “Top Chef” s’arrête pour vous aux portes de la finale. Avez-vous des regrets?

En arrivant à “Top Chef”, je n’avais rien à perdre. Donc je n’ai aucun regret et je trouve ça génial d’arriver à ce niveau-là de la compétition. J’ai gagné 5 ans d’expériences professionnelles grâce aux belles rencontres des chefs venus des quatre coins du monde et ça, ça n’a pas de prix. J’ai eu la chance de faire goûter ma cuisine à Yannick Alléno par exemple, c’était un rêve de gosse; mais aussi de défendre des causes qui me tiennent à cœur, comme le harcèlement scolaire. Si grâce à ce message, j’ai pu permettre à une personne d’en parler également, j’ai tout gagné.

Qu’est-ce qui a pu vous manquer cette semaine?

Je n’ai peut-être pas choisi la bonne épreuve. Après avec des “si”, on refait le monde. Je suis resté moi-même, j’ai gardé mon sourire et j’ai avancé. Si ce n’est pas passé cette fois-ci, c’est que ça devait être comme ça.

Pensiez-vous arriver jusqu’en demie-finale?

Honnêtement, non. À chaque dernière chance, on se dit toujours que c’est la dernière fois qu’on est dans les cuisines de “Top Chef” et que ça peut s’arrêter tellement vite. Je ne pensais pas du tout aller jusqu’en demie-finale. Je n’ai jamais appréhendé le concours en me disant que je devais atteindre un certain palier. J’ai avancé petit à petit en faisant un pas devant l’autre. 

“Paul Pairet m’a permis de prendre confiance en moi”

En parlant de dernières chances, vous êtes celui qui en a fait le plus. Certains candidats vous ont même surnommé “le boucher des dernières chances”.

Il faut savoir que j’avais pris un petit abonnement. On a une chance exceptionnelle de pouvoir faire plein d’essais et je me suis dit qu’il fallait en profiter (rires). Certaines fois, j’aurais bien fait l’impasse sur cette épreuve car c’est très fatiguant, énergivore, chronophage et stressant. Mais ça m’a permis de mieux me connaître et de grandir.

Je me suis rendu compte que parfois, en étant pied au mur et avec très peu de temps, il faut aller à l’essentiel et ne pas se lancer dans des choses compliquées. Le conseil de la cheffe Dominique Crenn, “Less is More”, était vraiment très bon. Je l’ai appliqué lors de cette épreuve et ça a payé. Je ne sais pas si le terme de “boucher des dernières chances” est vraiment approprié, mais à chaque fois, j’avais une envie intrinsèque de rester dans le concours et d’aller le plus loin possible. 

Vous êtes le seul candidat qui a changé trois fois de brigade au cours de la saison. Quel chef vous a le plus apporté?

Je me suis dit que je devais recevoir des conseils de tout le monde. C’est con, il me manque Hélène Darroze (rires). C’est une question difficile car ils m’ont tous permis de grandir et de trouver la bonne définition de ma cuisine. Sans Philippe Etchebest, je ne serais pas rentré dans le concours. C’est lui qui m’a donné les premières clés et les premiers conseils pour évoluer. J’ai beaucoup aimé Glenn Viel, qui était autant émerveillé que nous pendant le tournage. 

Et Paul Pairet?

Je crois que c’est le chef avec qui j’ai réalisé le plus d’épreuves. On commençait à bien se connaître. Il m’encourageait tout le temps et il m’a permis de prendre confiance en moi. Je pense que pour aller loin dans le concours, il faut avoir un sacré mental. Et parfois, il faut savoir se relever d’un loupé car les épreuves s’enchaînent et qu’il ne faut surtout pas regarder derrière. Paul Pairet me le disait très souvent et c’est aussi ce qui m’a permis de grandir. C’est un chef très impressionnant.

“Après Le Larousse, il y aura Le Sébastien”

Vos expressions telles que “cuisine laser” et “Je suis une tempête” ont rythmé cette treizième saison. Où les trouvez-vous?

C’est une bonne question. Il y a Le Larousse et Le Petit Robert, maintenant il y aura Le Sébastien (rires). Je ne sais pas d’où elles viennent, mais en tout cas, je suis resté moi-même pendant toute la durée du concours, avec mon originalité et ma façon d’être.

Dès le début de la saison, les internautes vous ont trouvé une ressemblance avec Justine Piluso de la onzième saison. Qu’en pensez-vous?

Je la connaissais grâce à sa participation à “Top Chef” et je l’ai croisée dans les studios d’enregistrement. Pendant qu’on tournait, elle est venue pour participer à l’émission “Top chef: Le chef des chefs”. C’était drôle parce qu’on a fait une photo ensemble à ce moment-là et je l’ai partagée sur Instagram. C’était sympa d’échanger avec elle.

Cette saison est marquée par votre tatouage commun réalisé par Louise. Faites-vous partie des candidats tatoués?

Il y a un grand monsieur, Marc Meurin, qui disait souvent que sur une Ferrari, on ne mettait pas d’étiquette. J’ai toujours trouvé cette image assez drôle. (rires). Je n’ai pas fait de tatouage car je n’en ai pas. “Top Chef” est tatoué et à jamais ancré dans ma tête. Être confinés tous ensemble dans un hôtel parisien a été une grande chance car ça nous a énormément soudés. C’était vraiment une grosse colonie de vacances.

“L’équipe de production a préparé un gâteau pour mon anniversaire”

Avez-vous une anecdote de tournage à partager?

J’ai fêté mon anniversaire sur le tournage. C’était le 25 novembre et l’équipe de production m’avait préparé un petit gâteau, une petite surprise. C’était très émouvant et c’était super cool. Il faut savoir qu’on a une équipe géniale et il faut les mettre en valeur parce qu’ils sont vraiment à nos petits soins. 

Quels sont vos projets futurs?

J’ai pour projet d’ouvrir un restaurant sur la Côte d’Opale, dans ma région des Hauts-de-France. Je souhaite y écrire mon histoire et mettre en valeur les producteurs de ma région. C’est là où j’ai grandi et où je me sens bien. En parallèle, j’ai également lancé une société de prestations à domicile, de formations, de consulting et de créations de cartes.

J’ai envie de faire des projets qui ont du sens. Après l’épisode sur le harcèlement scolaire, je suis intervenu dans une cantine d’un collège de la Côte d’Opale. J’y ai proposé mon dessert chocolat/betterave sous forme d’une verrine, le tout adapté pour un service de 450 élèves. Par le biais de la nourriture, on a parlé de plein de choses avec les élèves et certains se sont confiés sur leurs problèmes. C’est un format que je compte dupliquer et je vais continuer à faire des choses avec mon cœur. 

À voir également sur Le HuffPost: Un “Top Chef” édition All Stars? ”Ça pourrait arriver”, selon Stéphane Rotenberg

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles