“Top Chef 2022”: Pascal Barandoni réagit à son élimination

Pascal Barandoni, le candidat éliminé de la compétition de
Pascal Barandoni, le candidat éliminé de la compétition de

Pascal Barandoni, le candidat éliminé de la compétition de "Top Chef" réagit. (Photo: Pascal ViLAPascal ViLA/M6)

TÉLÉVISION - Un départ émouvant aux portes des demi-finales. Après avoir remporté Objectif Top Chef, qui lui a permis de participer à la treizième saison de Top Chef dans la brigade bleue de Philippe Etchebest, Pascal Barandoni a définitivement quitté le concours, ce mercredi 1er juin.

Lors de ce seizième prime diffusé sur M6, les trois candidats encore en lice, après la qualification d’Arnaud, devaient se battre autour d’épreuves inédites: réaliser leur plat signature pour séduire les inspecteurs du Guide Michelin, cuisiner le chocolat dans une bouchée sucrée et le préparer dans un plat salé pour les chefs Yannick Alléno et Aurélien Rivoire. Au terme de ces deux épisodes de quarts de finale, c’est finalement Pascal qui s’est incliné.

Du haut de ses 21 ans, le minot de l’aventure a déjà tout d’un grand chef. En 2020, il a été élu Meilleur Apprenti de France (MAF). L’année suivante, il remporte Objectif Top Chef 2021, ce qui lui permet d’intégrer le prestigieux concours télévisé dans la brigade bleue de Philippe Etchebest. Compétiteur dans l’âme, il a rapidement prouvé qu’il méritait sa place dans le concours, se montrant redoutable face aux autres candidats.

Après son élimination, il a accepté de répondre à quelques questions posées par Le HuffPost:

Vous quittez les cuisines de Top Chef 2022 aux portes des demi-finales après deux primes d’une haute intensité. Qu’est-ce qui a pu vous manquer pour obtenir ces fameux pass?

C’est difficile à dire. Je pense que Sébastien a été meilleur que moi sur les deux dernières épreuves des quarts de finale. Il a mis le petit truc qui a fait la différence et que je n’ai pas trouvé. Je pense que c’est juste ça qui a fait la différence.

Votre chef de brigade Philippe Etchebest est très ému par votre départ. Quelle était votre relation avec lui pendant ces seize semaines de compétition?

On en a fait des épreuves ensemble avec le chef Etchebest depuis Objectif Top Chef! On se connaissait bien, je savais ce qu’il voulait et on avait une très bonne relation. Quand il dit que sa plus belle récompense c’est ce qu’il apporte à ses jeunes protégés comme moi, ça me touche énormément. D’ailleurs, ça se voit à l’écran, je pleure comme un petit enfant de 10 ans (rires).

Vous parlez de lui comme un père adoptif. Pourquoi?

Entre Objectif Top Chef et Top Chef, j’ai évolué pendant trois mois à ses côtés. C’est le chef qui m’a le plus apporté dans les conseils et les idées. Quand j’étais fatigué ou que je m’énervais, il était tout le temps là pour me remettre dans le droit chemin, à me gueuler dessus quand il le fallait, mais aussi à me féliciter. Donc oui, Philippe Etchebest a été comme un papa adoptif.

Êtes-vous toujours en contact?

Oui, toujours. De temps en temps, on prend des nouvelles par message. Je l’ai aussi félicité lorsqu’il a obtenu une étoile Michelin pour son nouveau restaurant. C’est quelqu’un que j’apprécie énormément et avec qui j’espère garder le contact.

Dès le départ, on a explosé les autres candidats”

Dans la brigade bleue, vous étiez avec Mickaël. Dans son interview, il dit avoir été “surpris par votre capacité et votre talent” et pense que vous allez “devenir un très grand chef”. Quelle relation avez-vous eu avec lui?

Venant d’un chef comme Mickaël, ses mots me touchent énormément. Je garde un excellent souvenir des épreuves avec lui. Je ne pouvais pas rêver meilleur partenaire de brigade puisqu’on se ressemble sur beaucoup de choses. Avec notre différence d’âge, j’étais un peu comme son petit frère. Il me protégeait énormément et on a partagé de très bons moments ensemble. C’est vrai que dès le départ, on a un peu explosé les autres candidats en raflant tout (rires). J’aurais bien voulu qu’on se retrouve tous les deux en finale. Quand il est parti, ça m’a un peu déchiré le cœur car on formait un duo merveilleux.

Quelles ont été vos motivations pour participer à Objectif Top Chef?

Au départ, ce sont mes potes qui m’ont saoulé avec ça (rires). On était en pleine période de pandémie donc je me suis dit pourquoi pas. J’ai vu que je pouvais aller loin, donc je me suis mis un peu dedans et finalement j’ai réussi à aller jusqu’au bout d’Objectif Top Chef. Ensuite il y a eu Top Chef, donc j’inviterai mes potes au restaurant pour les remercier (rires).

Que retenez-vous de cette aventure?

Top Chef m’a énormément apporté d’un point de vue humain, car j’ai rencontré de vrais amis mais aussi d’un point de vue professionnel. Je pense que j’ai gagné 4 à 5 ans d’expérience en si peu de temps. Ça m’a énormément apporté et je suis content d’avoir fait Top Chef pour ça.

L’épreuve de Mike Bagale restera mon plus beau souvenir"

Dans cet épisode, vous rencontrez un petit accident de parcours en chutant devant votre plan de travail. Vous n’êtes d’ailleurs pas le premier de la saison. Le sol des cuisines de Top Chef est si glissant que ça?

On va dire que ça glisse quand on fait tomber de l’eau par terre. Et surtout, quand le chef Etchebest nous dit de faire attention car ça va glisser. Ça n’a pas loupé (rires).

Quel est votre meilleur souvenir de l’émission?

J’en ai deux. Le premier c’est au moment de mon départ, lorsque le chef Etchebest fait un bel éloge sur moi. Et le second, c’est le jour où Paul Pairet me félicite pour ma boule de neige au piment, sur l’épreuve de Mike Bagale. Ça restera pour moi ma plus belle épreuve.

Avez-vous une anecdote de tournage à partager?

Il y a eu plein de moments de rigolades, de pleurs et de rires. Juste après le retour des proches, on s’est retrouvés tous les quatre avec Arnaud, Louise et Sébastien pour démarrer l’épreuve. On avait tous les yeux rouges et ça nous a fait rigoler. On ne se doutait pas que nos proches viendraient. À l’époque, il y avait toujours le problème du Covid et on était confinés dans un hôtel. L’équipe de production a réussi à faire venir nos familles sur le plateau et ça nous a encore plus surpris. Mais c’était une belle surprise.

Je me fixe beaucoup d’objectifs”

Quels sont vos projets futurs?

Aujourd’hui, je suis chef dans le restaurant Le Mas du Lingusto, dans le Sud-Est de la France. C’est un établissement quatre étoiles, en plein milieu des vignes, qui me correspond. Je travaille en collaboration avec le chef Arnaud Bouxirot pour faire évoluer cette maison. Je suis en train de refaire toute la carte et je vais mettre en place certains plats réalisés dans Top Chef comme la boule de neige au piment et mon plat des quarts de finale sur l’épreuve des inspecteurs du guide Michelin. Notre but avec Arnaud Bouxirot, c’est d’obtenir une étoile Michelin le plus rapidement possible. On a les mêmes objectifs et on se donne les moyens pour les atteindre.

Avez-vous toujours l’objectif de devenir Meilleur Ouvrier de France avant 30 ans?

Je me fixe beaucoup d’objectifs et celui-ci en fait également partie. Il ne faut pas se leurrer, on ne peut pas tous les atteindre. Mais c’est vrai qu’être le plus jeune étoilé de France et devenir MOF à 30 ans me tente énormément.

Un petit prono sur les finalistes?

Dans Top Chef, on ne peut jamais rien prévoir et c’est très compliqué de faire un pronostic. Ça dépend tellement du jour, de l’épreuve, de l’ingrédient. On peut être le meilleur candidat et partir le premier. Quand je suis parti, j’ai dit à Arnaud, Louise et Sébastien de donner leur maximum sur les demi-finales. Que le meilleur gagne.

À voir également sur Le HuffPost: On a testé le restaurant de la “guerre des restos” dans “Top Chef”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles