“Top Chef 2022”: Lucie Berthier Gembara réagit à son élimination

Lucie Berthier Gembara, la candidate éliminée de la compétition de “Top Chef” réagit (Photo: Marie ETCHEGOYEN/M6)
Lucie Berthier Gembara, la candidate éliminée de la compétition de “Top Chef” réagit (Photo: Marie ETCHEGOYEN/M6)

Lucie Berthier Gembara, la candidate éliminée de la compétition de “Top Chef” réagit (Photo: Marie ETCHEGOYEN/M6)

TÉLÉVISION - Les éliminations se poursuivent du côté de Glenn Viel. Après les départs de Renaud, Tania et Élis, c’est au tour de Lucie Berthier Gembara de quitter la brigade orange lors de ce nouvel épisode de “Top Chef” sur M6.

Ce dixième prime était synonyme de nombreux changements. Hélène Darroze, absente pour raisons personnelles, a été remplacée par Pascal Barbot, habitué du plateau depuis plusieurs saisons. Les candidats encore en lice se sont frottés à la traditionnelle épreuve du retour des éliminés qui a vu revenir Lilian et Thibaut, à qui les jurés ont décidé d’accorder une seconde chance.

Si Lilian a réintégré la brigade violette dès la première épreuve après avoir séduit le chef britannique Heston Blumenthal sur une assiette autour de la pomme de terre, Thibaut a dû patienter encore un peu. Et c’est finalement après la seconde épreuve imaginée par Gilles Goujon qu’il a repris sa place dans le concours, cette fois-ci en tant que candidat solitaire après un nouveau remaniement des brigades.

Mais le bonheur des uns a fait le malheur des autres puisque l’aventure s’est arrêtée pour Lucie, qui n’a pas réussi à convaincre les chefs avec ses assiettes.

Après avoir fait ses premières armes chez Gérald Passedat, Lucie est partie travailler chez Alexandre Mazzia. Ne se sentant pas prête, elle a refusé une promotion chez lui et éprouve depuis, des regrets à ce sujet. Après la naissance de son fils en 2019, elle a décidé de voler de ses propres ailes et a ouvert son restaurant “Sépia” à Nantes.

Après son élimination, elle a accepté de répondre à quelques questions posées par Le HuffPost:

“Top Chef” s’arrête pour vous ce soir après un épisode marqué par quelques tensions. Que s’est-il passé?

Je pense que c’était la merde dès le début de la première épreuve. “Top Chef” est une course qui se joue beaucoup sur le mental et cette semaine-là, je n’y étais pas. Il y avait peut-être un peu de fatigue, mais c’est surtout le manque de mon équilibre qui m’a coûté ma place. Personnellement, être coupée de ma famille, de mon fils et de mon resto, ça faisait beaucoup de charges dans ma tête. Mon environnement est trop important pour moi et au bout d’un moment, je n’étais plus équilibrée.

Quelles ont été vos motivations pour participer à “Top Chef”?

J’ai été contactée par la production. J’y ai vu une opportunité d’être approchée et j’ai voulu valoriser cette chance en me frottant au concours. Sarah Mainguy, finaliste de la saison 12 que je connais bien, m’a donné beaucoup de conseils sur l’émission. J’ai passé les castings en même temps que Renaud et c’était incroyable de le retrouver dans l’aventure et dans la même brigade.

En parlant de votre brigade orange, vous étiez dans celle qui a vu passer le plus de candidats cette saison. Est-ce que ce n’était pas trop déstabilisant?

C’était à la fois hyper enrichissant avec tous les profils différents, mais en même temps déstabilisant. Ce qui nous a manqué à un moment, c’est l’unité de la brigade pour faire quelque chose qui fonctionne bien avec les différentes personnalités. On n’arrivait pas à s’accorder parce que ça changeait trop souvent en fait.

“J’avais des choses à dire au chef Mazzia”

Vous avez été coachée par Glenn Viel. Comment se sont passées vos dix semaines de compétition à ses côtés?

Il y a eu des hauts et des bas avec Glenn Viel. Il n’hésitait pas à me dire les choses en face. Je trouve qu’on avait une communication qui était très simple, très claire et très efficace. Il a été hyper bienveillant avec moi et il a essayé de sortir tout le meilleur de moi. C’est quelqu’un auprès de qui j’ai beaucoup évolué au sein du concours.

Que retenez-vous de votre participation?

“Top Chef” a changé énormément de choses dans ma vie. Je retiens que j’ai évolué sur le plan professionnel, sur le plan personnel parce que je me suis découverte sur plein d’aspects. Je n’ai que de bons souvenirs de ma participation. Les victoires et les rencontres avec les chefs étaient incroyables. Leur palmarès mettait la pression quand même. Donc j’ai juste envie de dire merci “Top Chef” pour ce raz-de-marée dans ma vie.

En parlant de rencontres avec les chefs invités, on se souvient de votre émotion face à Alexandre Mazzia. Appréhendiez-vous ces retrouvailles?

Pas vraiment. J’avais envie de lui montrer que j’avais des choses à lui dire et que c’était positif. Qu’il m’ait vu pleurer, ça ne me pose aucun problème. J’étais surtout plutôt rassurée et confiante de le voir arriver en plateau parce que pour le coup, je savais que j’allais parler à quelqu’un que je connaissais, qui allait être disponible et ouvert d’esprit.

Dans son interview, Ambroise a raconté que vous aviez tous une tradition le dimanche. Que pouvez-vous nous dire sur ces “gros gueuletons”?

Alors oui, il y a eu le poulet du dimanche. Après c’était les planches de pâté et de fromages, et ça s’est soldé par l’entrecôte du dimanche (rires). C’était un peu notre délire de nous faire un bon repas comme ça. C’est assez commun chez les cuisiniers d’ailleurs d’acheter une grosse pièce de viande, de la préparer pendant des heures et de la manger avec ses potes. On descendait dans la salle du petit-déjeuner et on y faisait nos mégas repas du dimanche.

“Beaucoup de gens m’écrivent pour me féliciter”

Votre bonne entente de groupe s’est traduite par un tatouage commun. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

L’idée est venue au tout début du concours, quand on prenait un apéro tous ensemble (rires). C’est venu très vite et de façon très spontanée. On avait besoin de marquer quelque part ce moment qui était très important et hyper fort pour nous. On savait qu’on rentrait dans une aventure incroyable et qu’il allait se passer des trucs de fous. Quelque part, c’était le moyen d’en garder un souvenir.

Certains internautes n’ont pas hésité à vous critiquer sur les réseaux sociaux. Est-ce quelque chose qui vous affecte?

Je ne vais pas chercher des choses pour me faire du mal. Je suis certaine et bien consciente qu’il y a des choses négatives qui s’écrivent sur moi, mais je ne les lis pas. Je reste loin des critiques et je garde surtout les trucs positifs. Il y a beaucoup de gens qui m’écrivent pour me féliciter, m’encourager, me remercier pour ma sensibilité. Mine de rien, il y a plein de gens émotifs et sensibles en France (rires). Je trouve ça très encourageant et ça fait plaisir à lire.

Quels sont vos projets futurs?

Normalement au début de l’été, je vais lancer un projet sympa à Nantes. Je ne peux pas encore trop en parler. Ensuite, je travaille sur le développement d’événements avec ma maraîchère pour réaliser des dîners natures, des dîners secrets, etc. Et puis pourquoi pas organiser des dîners à 4 ou 6 mains avec des candidats de cette saison. Mais ce n’est pas simple à organiser, car on a tous nos horaires de travail. Donc à voir.

Un petit pronostic pour la finale?

Je dirais Louise et Mickaël. Louise, car c’est la seule fille restante dans le concours donc elle n’a pas le choix que d’aller en finale. Et en plus elle est très forte, donc je compte beaucoup sur elle et je crois en elle. Et après, Mickaël, car il est hyper fort. Jusqu’ici, il a arraché le concours. Donc à mon avis, ce sont les deux têtes que l’on va retrouver en finale.

À voir également sur Le HuffPost: sur le tournage de “Top Chef”, que mangent Stéphane Rotenberg et les chefs?

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles