Top 14 : Clermont mise sur Urios pour se relancer

Christophe Urios, nommé mercredi entraîneur de Clermont après le limogeage de Jono Gibbes, devra redonner un élan à un club en crise, loin de ses ambitions tant en championnat qu'en Champions Cup.

"Après des échanges internes et externes fructueux ces derniers jours, nous sommes unanimement parvenus à la conclusion que l'arrivée de Christophe Urios à l'ASM est le bon choix", a assuré mercredi le président Jean-Michel Guillon dans un communiqué.

"Sa vision du jeu et du club en général correspond en tous points à ce que nous attendons" ajoute-t-il.

Seulement dixième en Top 14, le club auvergnat n'a gagné qu'un seul de ses cinq derniers matches, toute compétitions confondues.

Les 44 points concédés samedi à domicile en Champions Cup contre les Anglais de Leicester (44-29) ont précipité la chute du Néo-Zélandais Gibbes, démis de ses fonctions lundi.

Dans cette compétition, Clermont est actuellement 8e de la poule B, et doit impérativement s'imposer samedi sur le terrain des Sud-africains des Stormers pour tenter d'arracher la qualification. Urios ne sera pas du voyage, même s'il devrait collaborer avec l'encadrement technique qui accompagnera l'équipe en Afrique du sud, Davit Zirakashvili (mêlée), Benson Stanley (skills), Jared Payne (défense) et Julien Le Devedec (touche).

- Débuts à Lyon -

Âgé de 57 ans, fils de vigneron, et exploitant lui-même un domaine dans le Minervois, Urios était libre de tout contrat après avoir été limogé par Bordeaux-Bègles en novembre. Ancien talonneur à Carcassonne et Castres, il fut ensuite entraîneur à Castres, Bourgoin-Jallieu, Oyonnax, et Castres à nouveau.

Il vient à Clermont avec un contrat de deux ans plus une année en option.

Il fera ses débuts sur le banc à l'occasion du déplacement à Lyon, le samedi 28 janvier au stade de Gerland (15H00) pour le compte de la 16e journée de Top 14. Suivront la réception de Castres et un déplacement à Bordeaux deux semaines plus tard.

Il devra relever le challenge de maintenir à niveau un club qui doit gérer la perte de plusieurs cadres, et qui ne paraît plus en mesure d'assumer des ambitions élevées, après avoir occupé pendant plus d'une décennie le haut du tableau, avec notamment deux titres de champion de France en 2010 et 2017.

Après l'ouvreur Camille Lopez (Bayonne) et le demi de mêlée Morgan Parra (Stade français), partis l'été dernier, d'autres ont annoncé leur départ: le centre ou ailier Damian Penaud (Bordeaux-Bègles), le 2e ou 3e ligne Arthur Iturria (Bayonne), le 3e ligne Judicaël Cancoriet (La Rochelle) et le talonneur Adrien Pélissié (Brive).

Urios pourrait par ailleurs retrouver en fin de saison les adjoints qui officiaient avec lui à Bordeaux-Bègles, Julien Laïrle et Frédéric Charrier.

fjt/dfa/cpb/obo/fbx