Les Tontons Flingueurs (France 2) Les coulisses d'un film culte

Lino Ventura : la brute
Lorsqu’il débarque sur le plateau, le 8 avril 1963, l’acteur, qui incarne Fernand Naudin, "entrepreneur de Montauban" reconverti dans le gangstérisme, est d’une humeur massacrante : il pense qu’il n’est pas fait pour ce rôle comique que la production voulait confier à Jean Gabin. Il avoue même à Georges Lautner : "Tu verras, je ne serai pas drôle." Facteur aggravant : la cantine du tournage est "immonde", dixit Lino, avec son jambon et son pain rassis. Inacceptable pour cette fine gueule, qui se met à mitonner lui-même des spécialités milanaises et réquisitionne, pour l’occasion, Venantino Venantini, alias Pascal, son porte-flingue dans le film. "Lino était un cuisinier hors pair, et l’on préparait de délicieuses pâtes", se souvient Venantini. Une fois rassasié, Ventura enchaîne les scènes de dialogues mythiques et les "bourrepif ", qu’il distribue à Raoul Volfoni (Bertrand Blier). L’humeur de Lino vire au beau fixe lorsqu’il découvre qu’une bagarre "virile" l’oppose au cascadeur Henri Cogan. Une vieille connaissance : c’est le même Cogan qui, en 1950, a brisé la jambe du champion de catch Ventura au Cirque d’Hiver, mettant un terme à sa carrière sur le ring. Rancunier, l’acteur lui colle alors un coup de poing magistral dans le menton, en lui disant : "Tiens, voilà pour ma jambe !"

À lire... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi