Tomber enceinte après 40 ans, un phénomène en forte expansion

·1 min de lecture
Illustration d'une femme enceinte.

Selon l’Insee, le taux de fécondité « tardive » en France a été multiplié par trois depuis les années 1980, notamment en raison des progrès scientifiques.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à donner la vie après 40 ans. Selon une étude de l’Insee, dont se fait l’écho BFMTV mardi 11 janvier, la fécondation « tardive » est un phénomène en pleine expansion depuis les années 1980. En 2019, 42 800 bébés sont nés de mères quadragénaires, soit 5,7 % du volume global. Un tiers des femmes concernées ont pile 40 ans.

D’après les données de l’Insee, cette fécondité tardive avait dégringolé continuellement jusqu’à la fin des années 1940. La courbe des grossesses tardives a repris de la vigueur au milieu des années 1970. Entre 40 et 50 ans, le taux de fécondité représente 10,2 enfants pour 100 femmes, un taux triplé ces quarante dernières années. Pour un tiers de ces naissances, le couple n’avait pas d’enfant en commun. La moitié des couples avait déjà un enfant vivant sous le même toit. Enfin, seulement un quart de ces bébés sont les premiers de leur mère.

À LIRE AUSSI - La démographie, mère de toutes les batailles

Les femmes diplômées davantage concernées

Comment expliquer ce phénomène en constante progression ? Parmi les raisons invoquées, les études supérieures figurent parmi les facteurs de grossesses tardives. Plus une femme détient un diplôme élevé, plus elle sera susceptible d’avoir un enfant tardivement. La formation du couple (divorce suivi d’un remariage, par exemple) est également une donnée à prendre en considération.

Les progrès scientifiques, dont l’accès à la contraception, et le besoin d’être stable [...] Lire la suite

VIDÉO - Bettina Zourli : "Il y a un gros tabou autour des mères qui regrettent d'avoir eu des enfants. Mais, elles existent"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles