Il tombe régulièrement des astéroïdes sur la Terre et Mars depuis 600 millions d'années

·1 min de lecture

« Sur Terre, l’érosion engendrée par la tectonique des plaques a tendance à effacer les traces alors, pour mieux comprendre comment notre planète a évolué, nous devons nous tourner vers des planètes qui ont gardé la mémoire de leur histoire géologique ancienne », commente Anthony Lagain, chercheur, dans un communiqué de l’université Curtin (Australie). De quoi expliquer pourquoi, avec son équipe, il s’est intéressé aux cratères laissés sur Mars par des collisions entre la Planète rouge et des astéroïdes.

Récemment, des études avaient suggéré que ces collisions avaient dû connaître des pics de fréquence. En cause, des collisions entre des corps massifs survenus au cœur de la Ceinture d’astéroïdes. Les chercheurs de l’université Curtin avancent aujourd’hui au contraire que Mars a été régulièrement bombardée au cours des 600 derniers millions d’années.

Une analyse des cratères martiens laisse penser que la fréquence des collisions d’astéroïdes dans le Système solaire interne est constante depuis au moins 600 millions d’années. © helen_f, Adobe Stock
Une analyse des cratères martiens laisse penser que la fréquence des collisions d’astéroïdes dans le Système solaire interne est constante depuis au moins 600 millions d’années. © helen_f, Adobe Stock

Un résultat extrapolable à la Terre

Les chercheurs tirent cette conclusion d’une analyse de la formation de plus de 500 grands cratères martiens — par « grands », comprenez de plus de 20 kilomètres de diamètre. Avec l’aide d’un algorithme capable de détecter ces cratères dans des images haute résolution. Un algorithme qu’ils ont eux-mêmes développé et qui donne des informations sur la taille des cratères et leur quantité ainsi que sur le moment et la fréquence des collisions qui les ont créés.

Selon les astronomes de l’université Curtin, l’observation peut être étendue à l’ensemble du Système solaire interne. Notre Terre, aussi, aurait donc connu un flux constant d’impacts au cours des 600 derniers millions d’années.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles