Tolo, pionnier de la télé afghane, continue d’encaisser les coups

WAKIL KOHSAR / AFP

Depuis le retour des talibans au pouvoir au mois d’août 2021, deux des principaux diffuseurs afghans – les chaînes Tolo TV et Tolo News – ont littéralement pris des coups et n’ont eu d’autre alternative que de se plier à la régulation imposée par le groupe extrémiste.

“En dépit de la promesse des talibans de respecter la liberté de la presse, la variété et la portée des contenus ont diminué sous leur coupe”, regrette le site d’information anglophone Gandhara (émanant des médias américains Radio Free Europe et Radio Liberty).

“Si les chaînes de Tolo, détenues par Moby Group, ne sont pas les seules à devoir se plier aux nouvelles règles, leur statut de pionnières et d’actrices dominantes sur la scène médiatique afghane les place sous le feu des projecteurs.” Tolo TV a été lancée en 2004, Tolo News en 2010.

Tolo avait la réputation de diffuser des informations de qualité, mais avec le retour des talibans, ses journalistes se font attaquer. Alors que la chaîne organisait habituellement des débats politiques, les participants émettant des critiques contre le régime s’exposent aujourd’hui à des arrestations.

“Les cheveux des présentatrices ont été recouverts, les émissions étrangères et de musique populaire supprimées.”

Cible des talibans

Le directeur de Tolo News, Khpalwak Safai, reconnaît auprès de Gandhara que certains programmes ont été supprimés. “Nous fonctionnons de manière indépendante jusqu’à présent, choisissons notre programme quotidien par nous-mêmes et produisons des informations de manière très indépendante”, indique-t-il à propos de Tolo News.

Tolo avait déjà été prise pour cible par les talibans bien avant que ces derniers ne reprennent Kaboul. “En 2016, au moins sept employés de la chaîne ont été tués et quinze autres blessés après un attentat suicide contre un minibus de Tolo dans Kaboul. À l’époque, les talibans accusaient la chaîne de ‘promouvoir l’obscénité, l’irréligion, la culture étrangère et la nudité’.

Quelques semaines à peine après la prise de pouvoir des talibans, le 15 août dernier, le journaliste de Tolo News Ziar Yaad et son caméraman étaient attaqués par des talibans pendant un reportage sur la pauvreté dans la capitale afghane.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles