Tollé à gauche après l'annonce d'une plainte de Darmanin contre Pulvar

·2 min de lecture

Gérald Darmanin affirme que la candidate aux régionales en Île-de-France a diffamé la police. L'initiative du ministre de l'Intérieur fait l'unanimité contre elle au sein de l'opposition de gauche.

Des insoumis aux écologistes en passant par les communistes, Gérald Darmanin a réussi un grand rassemblement de la gauche... contre lui. Dimanche, le ministre de l'Intérieur a affirmé qu'il portait plaine «au nom du ministère de l'Intérieur» contre des propos d'Audrey Pulvar, tête de la liste Île-de-France en commun (Socialistes, radicaux de gauche, Place publique, Ecolos solidaires, Allons enfants) aux élections régionales. Apparemment en cause : une phrase de l'ancienne journaliste, qui a qualifié d'«assez glaçante» l'image de la manifestation des policiers, la semaine dernière, à laquelle avait participé le ministre de l'Intérieur, plusieurs personnalités d'extrême droite et, suscitant une vive polémique, plusieurs responsables de gauche. «Les propos de Madame Pulvar dépassent le simple cadre d'une campagne électorale et viennent profondément diffamer la police de la République», a tweeté Gérald Darmanin. Selon l'AFP, la plainte du ministre vise également des propos tenus en juin 2020, lorsque Audrey Pulvar avait dénoncé le «racisme dans la police». Le délai de prescription pour des faits de diffamation est de trois mois. L'entourage du ministre, cité par l'agence de presse, estime toutefois que ces propos remontant à près d'un an pourront «être versés en accompagnement de la plainte pour l'étayer».

De nombreuses personnalités de gauche ont défendu Audrey Pulvar face au ministre de l'Intérieur. «La plainte du ministre de l’intérieur contre Audrey Pulvar n’a aucun fondement juridique sérieux, et bien sûr il le sait. Elle n’est que manœuvre de période électorale. A part ces agitations, qui comprend la cohérence des projets régionaux de LREM? Là est le problème», a tweeté le sénateur Bernard Jomier (apparenté PS).(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles