"Pas de tolérance particulière" pour les automobilistes dans les bouchons après 18 heures

·2 min de lecture

La porte-parole du ministère de l’Intérieur a rappelé que les automobilistes doivent prendre leurs dispositions afin d'être à 18 heures, début du couvre-feu, sur leur lieu de villégiature ou de résidence. 

Alors que la zone A a entamé ses vacances depuis vendredi soir, les déplacements entre régions ne sont pas limités. Par contre, il faut impérativement respecter la règle du couvre-feu à 18 heures. C'est ce qu'a rappelé Camille Chaize, la porte-parole du ministère de l’intérieur apportant quelques clarifications autour du cas des automobilistes pris dans les embouteillages passées 18 heures. «Tout le monde connait bien maintenant les dispositifs», a-t-elle fait valoir, dimanche sur l’antenne de Europe 1. «L'important, c'est d'arriver à 18 heures sur son lieu, que ce soit un lieu de villégiature ou sur son lieu de résidence», a-t-elle indiqué. «Donc, il faut s'organiser un petit peu différemment, prendre ses précautions, notamment si on a de la route à faire», a-t-elle précisé.

En cas d'embouteillages, elle rappelle «qu'il n'y a pas de tolérance particulière (...) Il faut effectivement regarder la route avant de commencer son trajet pour arriver à 18 heures sur place.»

177.000 amendes pour non respect du couvre-feu depuis le 15 décembre

Ceci n'est pas valable pour les voyageurs circulant en train, qui devront montrer leur billet en cas de contrôle après 18 heures.

Le dernier week-end de janvier, au lendemain des nouvelles mesures annoncées par le Premier ministre, promettant d’accentuer les contrôles quant au respect du couvre-feu, des images de Français verbalisés après 18h alors qu'ils disaient avoir été bloqués dans les embouteillages avaient suscité des débats. «Il faut savoir respecter le fait qu'à 18 heures c'est aux Français de s'organiser, il faut être arrivé à son lieu de destination», avait déjà répondu Gérald Darmanin.

Jeudi dernier, lors de la conférence de presse avec Jean Castex, le ministre de l’Intérieur(...)


Lire la suite sur Paris Match