"Sans toilettes, sans rien à manger" : Gilles Bouleau éprouvé par son interview de Vladimir Poutine en 2014

Un récit digne d'un épisode de "24h Chrono". Vendredi soir dans "Quotidien" sur TMC, Gilles Bouleau était l'invité de Yann Barthès pour évoquer ses dix années à la tête du "20 Heures" de TF1. Et l'animateur a voulu le faire revenir sur son interview de Vladimir Poutine, réalisée en juin 2014 en compagnie de Jean-Pierre Elkabbach, quelques mois après l'annexion de la Crimée par la Russie. Une interview qui avait été négociée pendant de longs mois et qui a donné lieu sur place - tout près de la résidence d'été de Staline - à un savant manège d'usure psychologique orchestré par le pouvoir russe pour déstabiliser les deux journalistes français.

"Rendez-vous est fixé avec Poutine à 14h"

"Rendez-vous est fixé avec Poutine à 14h. (...) 15h, toujours pas de petit mini bus. 16h. 17h, on arrive dans une pièce cinq fois plus petite que celle-là, sans toilettes, sans robinets, sans rien à manger. Le détail a son importance. On s'installe avec nos cameramen venus de Paris et puis je vois venir au fur et à mesure d'autres cameramen. (...) C'était des agents du FSB qui venaient tourner les mêmes axes pour être sûrs qu'on ne bidonne pas", a relaté Gilles Bouleau, qui préparait cette interview avec son confrère depuis 9h du matin.

A 19h, l'attachée de presse de Vladimir Poutine a fait son apparition dans la pièce pour les prévenir que le président Poutine aurait du retard. "Je suis allé faire pipi dans les bégonias et je suis allé boire un...

Lire la suite


À lire aussi

Emmanuel Macron en interview sur BFMTV et RMC à 14h30
"Pardon, j'ai rien compris" : Marc Fauvelle perdu par une réponse confuse de Barbara Pompili
Interview de Manuel Valls dans "Valeurs actuelles" : Alexie Corbière épinglé par "Quotidien"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles