Togo : un sommet contre le fléau du trafic de faux médicaments en Afrique

franceinfo avec AFP

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le répète sur tous les tons : les médicaments "falsifiés ou de qualité inférieure" provoquent chaque année la mort de plus de 100 000 personnes en Afrique. A Lomé, capitale du Togo où se tient, les 17 et 18 janvier 2020, un sommet pour lutter contre le trafic de ces faux remèdes, mais aussi à Cotonou au Bénin ou à Lagos au Nigeria, la plupart des produits sont écoulés sur des marchés en plein air, souvent sur des bâches en plastique posées au sol. Cela s'appelle la "pharmacie par terre". On y trouve toutes sortes de remèdes, des anti-douleurs classiques aux antipaludéens en passant par les antibiotiques.

"Les fabricants brouillent les pistes"

Les médicaments vendus dans la rue sont généralement deux fois moins chers que dans les pharmacies, davantage contrôlées et obligées de s'approvisionner chez des fournisseurs agréés par le ministère de la Santé. "Il est très difficile de tracer les faux médicaments vendus dans la rue", explique à l'AFP le Dr Innocent Koundé Kpéto, président de l'Ordre national des pharmaciens du Togo. "Les pays qui sont mentionnés sur les boîtes, souvent, ne sont pas les pays de provenance de ces médicaments. Les fabricants brouillent les pistes pour ne pas être identifiés".

Dans certains cas, même les médecins y ont recours. Ainsi, Ayawo Hiévi, un couturier togolais, raconte à l'AFP comment, en 2015, un petit (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi