Togo: le parti d'opposition CAR suspend sa participation au dialogue politique

·2 min de lecture

Estimant que le gouvernement ne joue pas le jeu du dialogue, le Comité d'action pour le renouveau (CAR), parti d'opposition togolais, a décidé de suspendre sa participation au dialogue concernant les possibles élections régionales.

Au Togo, le Comité d'action pour le renouveau (CAR) a officiellement suspendu mardi sa participation au dialogue en vue de l'organisation de possibles élections régionales. « Nous avons pris cette décision parce que toutes les préoccupations que nous avons soulevées, que nous avons voulu inscrire à l’ordre du jour du dialogue, ont été rejetées d’un revers de main par le ministre d’État de l'Administration territoriale », estime Jean Kissi, le secrétaire général du CAR qui a notamment écrit son mécontentement au ministre en charge de l’administration territoriale

Ce parti, qui avait boycotté la présidentielle de l'an dernier, estime que le gouvernement ne joue pas le jeu du dialogue en refusant d'inscrire à l'ordre du jour la résolution de la crise politique toujours en cours : « Nous avions compris que c’était comme si on était venu un peu tard dans un monde trop vieux, que les choses étaient bouclées et que les sujets principaux, qui constituent les sujets de la crise togolaise, ne vont pas être abordés .

« Et le mal, tout le monde le sait, c’est : élections contestées, répression sanglante et dialogue inabouti. Y compris le fait qu’il faut lever les poursuites sur Agbéyomé et d’autres personnes, qu’ils puissent aussi venir et qu’on puisse ensemble discuter, parce qu’il faut que ce dialogue soit quand même inclusif. Ce n’est pas normal, ça n’a aucune logique, ça ne peut ressembler qu’à une compromission. Et le CAR n’est pas prêt à s’enfermer dans cette compromission-là », rajoute-t-il.

Une vingtaine de formations participent aux réunions, mais pas la Dynamique Kpodzro, qui avait porté la candidature d'Agbeyomé Kodjo.