Togo: l'ordre des médecins vent debout contre des centres clandestins de formation des agents de santé

Les centres de formations clandestins des agents de santé sont de plus en plus nombreux dans le pays, alors que ces formations sont du ressort de l’État. L'ordre des médecins s'inquiète.

Les circuits parallèles en dehors de ce cadre réglementaire sont strictement interdits et les personnes qui ont recours à ces formations ou qui exercent la médecine de façon illégale encourent des sanctions prévues par la loi, nous rappelle le professeur Anthony Katanga Békéti, président du conseil de l'ordre des médecins du Togo, au micro de notre correspondant à Lomé, Peter Sassou Dogbé.

« ... La formation doit être faite par des structures agréées par l’État, et non par les individus. On se rend compte qu’il y a des collègues médecins qui forment, il y a des paramédicaux qui forment, il y a des personnes formées sur le tas qui forment également ! Donc il y a confusion, et la population, en allant vers eux, ne sait pas que ce ne sont pas des personnes qui ne sont pas qualifiées pour donner de tels soins ; et il y a des complications qui surviennent à l’issue de toutes ces pratiques.

L’Ordre peut les traduire en justice pour incitation à l’exercice illégal de la médecine, mais on peut également poursuivre ceux qui, sur le terrain, pratiquent des actes médicaux. Donc dans l’une ou l’autre des situations, on peut poursuivre ces personnes, aussi bien les formateurs que les formés. »

À lire aussi : Au Togo et en Guinée, les professions médicales mobilisées contre les «vendeurs d'illusions»


Lire la suite sur RFI