Togo: après une attaque meurtrière au Nord, l’armée appelle à «ne pas céder à la panique»

Au lendemain d’une violente attaque au Togo contre plusieurs localités dans la région des Savanes, le président Faure Gnassignbé est retourné samedi 16 juillet dans le Kpendjal, un calme précaire règne. Les populations désemparées s’interrogent et l’armée appellent « à ne pas céder à la panique » après cette attaque, qui a eu lieu en pleins rites de passage à l’âge adulte, à Kara.

Avec notre correspondante à Lomé, Peter Sassou Dogbé

Faure Gnassingbé est retourné samedi dans le Kpendjal pour la deuxième fois en 24 heures, la situation étant toujours délicate et fragile

Ces attaques « coordonnées et complexes », comme l’a affirmé l’État-major des armées dans un communiqué publié samedi, ont « fait plusieurs morts et quelques blessés », qui ont été « transférés vers des structures hospitalières spécialisées pour des soins appropriés ». L’armée appelle enfin les populations « à ne pas céder à la panique ».

Sur le terrain, le calme est revenu et les populations s’interrogent désormais sur ce qui leur est arrivé : selon un habitant de Blamonga, des hommes armés sont rentrés dans le village, où ils ont ciblé certaines maisons puis ont kidnappé des hommes pour les égorger non loin de là. « C’est une attaque ciblée contre certaines personnes, et les armes pour assouvir ce dessein funeste sont des armes blanches. S’agit-il d’un message ? », s’interroge l’interlocuteur.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles