Titan, lune de Saturne, possède une molécule encore jamais détectée dans une atmosphère

Laurent Sacco, Journaliste
·1 min de lecture

L’astrochimie est à l’honneur dans les médias en ce moment. Il y a eu récemment la confirmation de la présence de molécules d’eau dans certaines régions éclairées de la surface de la Lune, laissant tout de même penser, avec d’autres études depuis environ une décennie, qu’il en est probablement de même partout. Un peu avant, il y a eu l’annonce de la détection de la molécule de phosphine dans l’atmosphère de Vénus mais de toutes dernières publications, comme celle-ci sur arXiv, laissent maintenant penser qu’il s’agit très probablement d’une erreur, malheureusement.

Toujours est-il que des planétologues viennent d’annoncer dans un article publié dans Astronomical Journal qu’ils avaient découvert une molécule bien connue dans les nuages moléculaires du milieu interstellaire mais encore jamais identifiée dans l’atmosphère d’une planète du Système solaire, de Vénus à Neptune. Il s’agit en l’occurrence d’une molécule carbonée cyclique très simple que sur Terre les chimistes connaissent et synthétisent en laboratoire depuis longtemps : le cyclopropénylidène de formule C3H2.

Sur l'image de gauche, on voit, long de 10 années-lumière, un filament sinueux de poussière cosmique dans la constellation du Taureau faisant partie du nuage moléculaire du Taureau (TMC-1 pour l'anglais Taurus Molecular Cloud 1 ). Jusqu'à présent, en astrochimie, le cyclopropénylidène n'avait été détecté que dans de tels nuages moléculaires de gaz et de poussière, comme TMC-1), qui est une pépinière stellaire dans la constellation du Taureau à plus de 450 années-lumière du Soleil. Mais il semble maintenant que cette molécule est aussi présente dans l’atmosphère de Titan. © Conor Nixon, Nasa's Goddard Space Flight Center
Sur l'image de gauche, on voit, long de 10 années-lumière, un filament sinueux de poussière cosmique dans la constellation du Taureau faisant partie du nuage moléculaire du Taureau (TMC-1 pour l'anglais Taurus Molecular Cloud 1 ). Jusqu'à présent, en astrochimie, le cyclopropénylidène n'avait été détecté que dans de tels nuages moléculaires de gaz et de poussière, comme TMC-1), qui est une pépinière stellaire dans la constellation du Taureau à plus de 450 années-lumière du Soleil. Mais il semble maintenant que cette molécule est aussi présente dans l’atmosphère de Titan. © Conor Nixon, Nasa's Goddard Space Flight Center

C’est encore avec l’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (Alma), le célèbre réseau de radiotélescopes de l'observatoire du Llano de Chajnantor (llano en espagnol signifiant « plateau ») situé à une altitude de 5.104 m, dans le désert d'Atacama, au Chili, que l’on doit cette...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura