Tirs lors d'un refus d'obtempérer: pour l'avocate de la famille de la victime, "le conducteur est aussi en faute"

Me Sylvie Noachovitch, avocate de la famille de la jeune fille morte samedi.  - BFMTV
Me Sylvie Noachovitch, avocate de la famille de la jeune fille morte samedi. - BFMTV

Alors que plusieurs membres de la famille de la passagère morte samedi a porté plainte contre le conducteur et contre X, pour "homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui", Me Sylvie Noachovitch, leur avocate, s'est exprimée sur BFMTV ce mercredi.

D'après elle, si ce sont les tirs des policiers qui ont coûté la vie à la jeune fille de 22 ans, le conducteur de la voiture, qui est accusé d'avoir refusé de se soumettre à un contrôle policier, est également responsable.

"On n'a pas toutes les réponses, mais quoi qu'il arrive ce conducteur est aussi en faute: il n'est pas normal qu'il ait mis en danger la vie d'autrui, et en l'occurence, ma cliente est décédée", a déclaré l'avocate.

"Elle hurlait pour sortir de la voiture"

Cinq jours après le drame, la famille de la victime est en quête de vérité, poursuit l'avocate.

"Qu'est-ce qu'il s'est passé? Comment en est-on arrivé là? Ce qui est incroyable, c'est qu'elle ne connaissait pas ce conducteur, et qu'elle hurlait pour sortir de la voiture, lorsqu'il fuyait la police."

Me Sylvie Noachovitch revient également sur ce qui a amené la victime, comme les autres passagers, à se retrouver dans le véhicule d'une personne qu'elle ne connaissait pas: "C'est après un after, ils sortent de boîte de nuit, elle n'avait plus de monnaie pour prendre un taxi, il a proposé de la ramener avec deux autres passagers. Elle devait d'ailleurs être ramenée en premier."

Des passagers "pris en otage"

"Les autres passagers ont expliqué qu'ils étaient tous paniqués, ils ne comprenaient pas pourquoi le conducteur n'obtempérait pas et ne s'arrêtait pas. Ils hurlaient en le suppliant de s'arrêter pour sortir. Ils étaient prisonniers, finalement, pris en otage par ce conducteur", a relaté l'avocate ce mercredi.

Une information judiciaire a été ouverte contre les trois policiers pour "homicide involontaire", afin de faire la lumière sur les cironstances de la mort de la jeune fille. Les fonctionnaires n'ont pour l'heure cependant pas été mis en examen, et laissés libre à l'issue de leur garde à vue. De son côté, le conducteur, connu par les services de police, a été placé en garde à vue mardi.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles