Le tireur de Christchurch envoie un appel aux armes depuis sa cellule

Le HuffPost avec AFP
La mosquée Al-Noor visée par l'attaque de Christchurch, photographiée le 27 mars.

INTERNATIONAL - L’erreur a été très rapidement reconnue. Le terroriste Brenton Tarrant, incarcéré en Nouvelle-Zélande après avoir commis un attentat dans deux mosquées de Christchurch faisant 51 morts, a été autorisé à envoyer une lettre depuis sa cellule. 

Sauf que, expliquent Associated Press et Time Magazine, cette dernière d’une longueur de six pages a été publiée sur le site 4chan et semble contenir un appel aux armes. La missive est adressée à un correspondant russe qui lui aurait fait parvenir des timbres et met en garde contre un “grand conflit” qui se prépare. Avant de commettre son attaque, le terroriste présumé avait déjà posté un long manifeste de près de 70 pages sur le site 8chan dans lequel il faisait état de ses opinions racistes.

Les excuses du gouvernement

Très rapidement après la publication de cette lettre, le ministre néo-zélandais des services pénitentiaires Kelvin Davis a reconnu qu’il y avait eu une erreur et que les autorités n’auraient jamais dû permettre au terroriste d’envoyer cette lettre. Tout en promettant des changements dans la gestion du courrier, le ministre a rappelé que son pays n’avait pas l’habitude de gérer ce genre de prisonnier. 

“Nous n’avons jamais eu à gérer un prisonnier comme celui-ci auparavant [et nous devons] demander conseil sur les changements que nous devrons peut-être apporter”, a-t-il notamment déclaré. Le directeur de l’administration pénitentiaire a rappelé de son côté qu’un directeur de prison ne peut retenir le courrier d’un détenu que dans des circonstances très limitées.

“Je voudrais m’excuser pour la peine que cela a causé aux personnes touchées par les événements tragiques du 15 mars”, a déclaré de son côté la directrice du département pénitentiaire, Christine Stevenson, ajoutant que le service de courrier de Brenton Tarrant avait été suspendu pendant que le processus de filtrage serait examiné.

“Respecter nos obligations légales et atténuer tous les risques potentiels posés par le détenu est un bon...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post