Tirailleurs : « Donner une place à cette histoire méconnue ! »

Dans « Frères de l'ombre », Nadia Hathroubi-Safsaf réveille la mémoire des tirailleurs sénégalais.
Dans « Frères de l'ombre », Nadia Hathroubi-Safsaf réveille la mémoire des tirailleurs sénégalais.

Issa, Ousmane, Djibril. Trois générations et trois voix que la journaliste et autrice Nadia Hathroubi-Safsaf a fait entendre dans son roman Frères de l'ombre*. 1917, Issa doit être fusillé pour l'exemple. Officiellement, il aurait tenté de déserter. Mais le soldat, aux faits d'armes déjà reconnus, a eu surtout à pâtir de l'absurde toute-puissance d'un gradé raciste. Au Sénégal, son épouse élèvera seule son fils, Ousmane. Ce dernier, à qui on a dit que son père serait mort dans le naufrage du paquebot L'Afrique, grandit dans la mémoire glorieuse d'un père héros. Mais des zones d'ombre persistent et il décide à son tour de s'engager alors que l'Europe s'apprête à connaître à nouveau une déflagration. Des années plus tard, nous retrouvons Ousmane et son petit-fils Djibril en France. Ousmane tente toujours de résoudre le mystère entourant le décès d'Issa, une quête obstinée que Djibril reprendra à son compte.

Frères de l'ombre est le cinquième ouvrage et le deuxième roman de la journaliste Nadia Hathroubi-Safsaf. © Éditions Zellige

À travers un entre-lac de trois récits, Nadia Hathroubi-Safsaf a tissé un récit empreint d'humanité, faisant entendre des parcours de vie oubliés qui se mêlent à la Grande Histoire. L'histoire « avec sa grande hache », comme le disait l'écrivain Georges Perec. Celle qui a pu abattre des branches entières de récits, des fusillés du chemin des Dames aux troupes de sacrifiés, celle des appelés de l'Empire, des petites résistances et d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles