Tir mortel sur le tournage de "Rust": l'armurier Frédéric Cauvy remet en cause la thèse du sabotage

·2 min de lecture
Un panneau indique la direction du tournage du film
Un panneau indique la direction du tournage du film

876450610001_6280778082001

Était-ce un accident ou un sabotage? Quinze jours après l'accident qui a coûté la vie à Halyna Hutchins, directrice de la photographie sur le film Rust, le mystère de l'arme que tenait Alec Baldwin, chargée de balles réelles et non factices, reste entier.

Les avocats de l'armurière du film Hannah Gutierrez-Reed ont avancé cette semaine qu'il pouvait s'agir d'un acte de malveillance, pour saboter le tournage. D'autant que les armes du tournage ont été laissées sans surveillance pendant la pause du déjeuner et que, selon The Wrap, des membres de l'équipe ont utilisé le revolver en cause pour tirer à balles réelles sur des canettes de bière quelques heures seulement avant l'accident.

"Personne ne peut venir mettre une cartouche"

Pour Frédéric Cauvy, armurier pour le cinéma, invité sur le plateau de BFMTV ce dimanche, cette thèse est peu vraisemblable.

"Tout cela s'est fait sans la surveillance de l'armurier? C'est plutôt étonnant! Pendant la coupure déjeuner, les armes doivent être enfermées dans le véhicule, dans un coffre dédié, les cartouches stockées à côté, on ne les laisse pas posées sur une table, jamais! Ou alors on prend sa pause déjeuner à côté de la table s'il y a énormément de matériel."

"Je reviens d'un tournage, où on avait 80 fusils dehors, on a déjeuné, les quatre armuriers, sur les fusils. Personne n'aurait pu venir mettre une cartouche. Si quelqu'un était venu, on était là pour voir ce qu'il se passe." Ajoutant que s'il y a toujours un risque, les armuriers sont là pour "éviter qu'il y ait du danger".

Le spécialiste pointe toutes les incohérences dans le traitement des armes sur le tournage de Rust, un matériel dont la responsabilité revient de facto à l'armurière.

"Un tournage avec des armes sans surveillance, ça ne va pas. Que des cartouches vraies soient mises à l'intérieur, ça ne va pas non plus. Que cette arme puisse tirer ces vraies cartouches, ce n'est pas possible", souligne-t-il.

L'enquête se poursuit.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles