Tir mortel d'Alec Baldwin : le fournisseur des balles du tournage mis en cause

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Hannah Gutierrez-Reed, la jeune armurière du film "Rust" sur le tournage duquel la directrice de la photographie a été accidentellement tuée par Alec Baldwin le 21 octobre dernier, accuse son fournisseur de lui avoir donné des "munitions qui étaient présentées à tort comme factices".

L'armurière du tournage de "Rust", sur lequel une cinéaste a été accidentellement tuée par l'acteur Alec Baldwin , a porté plainte mercredi contre le fournisseur des munitions utilisées pour ce western, l'accusant d'avoir laissé des balles réelles au milieu des cartouches factices. Hannah Gutierrez-Reed était l'armurière responsable des armes à feu pour ce film tourné au Nouveau-Mexique, où la directrice de la photographie Halyna Hutchins a été mortellement blessée le 21 octobre. Elle avait été touchée par une balle réelle qui se trouvait dans le revolver présenté à Alec Baldwin comme une arme inoffensive et qu'il a actionné en répétant une scène.

Conformément aux règles de sécurité en vigueur dans l'industrie du cinéma, les munitions réelles sont totalement proscrites sur les tournages, précisément pour éviter ce genre d'accident. Dans sa plainte au civil déposée mercredi auprès d'un tribunal du Nouveau-Mexique, Hannah Gutierrez-Reed reproche au fournisseur, Seth Kenney, d'avoir fourni à la production de "Rust" des "munitions qui étaient présentées à tort comme des munitions factices", donc inertes et dépourvues de poudre, "alors qu'elles contenaient à la fois des munitions factices et réelles".

À lire : Une photo d'Alec Baldwin et Hylana Hutchins, quelques instants avant sa mort, dévoilée

Munitions réelles

Selon le récit fait par l'armurière dans sa plainte, les policiers ont découvert après le drame "sept balles" soupçonnées d'être réelles. Elles étaient réparties entre une boîte de cartouches, un chariot sur lequel se trouvaient d'autres munitions, et des cartouchières destinées à servir d'accessoires aux comédiens. Pour la jeune armurière et ses avocats, Seth Kenney et sa société "ont créé des conditions(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles