Tinder, Happn... "Il est aussi facile de se faire livrer un partenaire sexuel qu'une pizza"

Mooréa Lahalle

Le «trash dating», littéralement «rendez-vous poubelle», ou encore «coup d'un soir», serait de plus en plus en vogue sur les sites de rencontres. Les explications de François Kraus, directeur du pôle «Genre, sexualités et santé sexuelle» de l'Ifop, qui a mené l'enquête sur le sujet.

"Ghosting", "fishing", "mosting"... Autant de termes qui vont de pair avec cette culture du "coup d'un soir", largement répandue sur les sites de rencontres. Afin de mieux comprendre ces nouvelles pratiques, le pôle Genre, sexualités et santé sexuelle de l'Ifop a réalisé une enquête sur ce qu'il appelle plus largement le "trash dating" - autrement dit, les rendez-vous jetables - particulièrement en vogue sur des applications comme Tinder, Happn ou Grinder. François Kraus, directeur du pôle en charge de l'enquête, nous éclaire sur le sujet.

Lefigaro.fr/madame.– L'étude reprend une formule choc : "Avant les gens se masturbaient, maintenant ils vont sur Tinder". Que voulez-vous dire par là ?
François Kraus.–
Avec l'explosion des applications de rencontres comme Tinder ou Happn, les utilisateurs découvrent la sexualité récréative. Aujourd'hui, ces sites garantissent un certain anonymat puisque l'on peut, par exemple, se présenter sous un pseudo ou encore mentir. Ce qui favorise une banalisation de la sexualité sans lendemain : on s'inscrit uniquement dans le but de trouver une histoire d'un soir. Plutôt que de se masturber seul, on se masturbe avec le corps de l'autre.

En quoi les sites de rencontres ont beaucoup évolué depuis leur création à la fin des années 1990 ?
Il y a d'abord eu Netclub, en 1997. Au début des années 2000, une grande partie des célibataires étaient sur Meetic. Ensuite, il y a eu Adopte un mec, qui a donné le pouvoir aux femmes. Les applications actuelles, comme Tinder, Happn ou Grindr, sont plus faciles d'accès étant (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Notre vie sentimentale est-elle influencée par celle de nos parents ?
Tinder propose 40 options de genres en plus de "femme" et "homme"
Pourquoi certains se lassent-ils vite en amour ?
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame