Timor oriental: José Ramos-Horta remporte l'élection présidentielle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le prix Nobel de la paix José Ramos-Horta a remporté l'élection présidentielle au Timor oriental, selon les résultats préliminaires annoncés ce mercredi par les autorités électorales. M. Ramos-Horta avait déjà dirigé le pays entre 2007 et 2012.

Le lauréat du prix Nobel de la paix José Ramos-Horta faisait face à l'ancien guérrillero Francisco Guterres, mais ce sont surtout deux figures de l'indépendance du Timor oriental qui s'affrontaient au second tour de cette élection présidentielle. Le premier l'a finalement emporté avec 62,09% des voix, contre 37,91% pour son adversaire.

José Ramos-Horta, 72 ans, entamera son quinquennat le 20 mai prochain, le jour du 20e anniversaire de l'indépendance du Timor oriental, auparavant occupé par l'Indonésie.

Celui qui avait déjà dirigé le pays entre 2007 et 2012 aura pour défi de sortir le Timor oriental de la crise politique qui le paralyse depuis des années sur fond de face à face entre les deux principales formations politiques. José Ramos-Horta a d'ailleurs envisagé de dissoudre le Parlement afin de mettre fin au blocage. L'autre défi du président élu sera celui de l'économie, dans un pays où près de 42% de la population vit sous le seuil de pauvreté et dont l'économie a été durement touchée par la pandémie de Covid-19.

Second tour identique à celui de 2007

Francisco Guterres, ancien guérillero et dirigeant du Fretilin, avait été élu président en 2017 avec le soutien de l'ancien rebelle Xanana Gusmao, premier président du pays et actuel dirigeant du CNRT. Mais il avait ensuite refusé de nommer des ministres du CNRT, plongeant le pays dans une longue crise politique.

Xanama Gusmao et son parti avaient, cette fois, choisi de soutenir José Ramos-Horta, lauréat du prix Nobel de la paix en 1996 pour sa quête d'une solution pacifique au conflit du Timor oriental et qui était le principal porte-parole du mouvement indépendantiste. Ancien Premier ministre avant son premier mandat présidentiel de 2007 à 2012, il était sorti de sa retraite pour s'opposer à Francisco Guterres, qu'il accuse d'avoir violé la Constitution.

Le duel du second tour s'est alors avéré identique à celui de 2007, déjà remporté haut la main (avec 69% des voix) par José Ramos-Horta. Près de 75% des 860 000 électeurs inscrits ont voté. Ces résultats doivent encore être validés par la Commission électorale du pays.

(Avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles