Timor oriental : les électeurs aux urnes pour le second tour de la présidentielle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Près d’un million d’électeurs sont appelés aux urnes (à partir de minuit, heure de Paris, et jusqu’à 8 heures du matin, heure de Paris) pour le second tour de l’élection présidentielle. Le scrutin oppose le prix Nobel de la Paix José Ramos-Horta arrivé largement en tête au 1er tour au président sortant Francisco Guterres.

Avec 46% des suffrages recueillis au premier tour, le prix Nobel de la paix José Ramos Horta s’affiche comme le favori du scrutin. Déjà président du pays entre 2007 et 2012, José Ramos Horta, 72 ans a pu compter sur le soutien du héros de l’indépendance, Xanana Gusmao, devenu figure politique incontournable de l’île.

Face à lui, le président sortant Francisco Guterres est candidat un second mandat. Surnommé « Lu-Olo », Guterres sort affaibli par un mandat marqué par des crises politiques et les changements d’alliances.

Au Timor Oriental, la fonction de président est surtout honorifique, mais les électeurs attendent du prochain chef de l’État le déblocage des institutions, mise à mal par l'affrontement des deux principales forces politiques du pays, incapables par exemple de voter le budget.

Le président aura aussi pour mission de redresser l’économie touchée par l’épidémie de Covid et de gérer les dégâts causés l’année dernière par le cyclone Seroja dans la capitale Dili, qui avait fait une quarantaine de morts.

Le prochain président prendra ses fonctions le 20 mai, jour des 20 ans de l’indépendance du Timor Oriental.

A lire aussi : Timor oriental : les électeurs appelés aux urnes pour désigner leur président

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles