Tim Davis, responsable du centre des médias de la COP depuis 17 ans: «Je suis trop seul»

© Géraud Bosman-Delzons/RFI

3 430 médias étaient accrédités pour la COP27 de Charm el-Cheikh, ce qui en fait l’un des évènements les plus couverts de l’année. Depuis 2006, un homme chapeaute l’organisation logistique pour accueillir les journalistes du monde entier. Tim Davis pense à passer la main, mais continuera de soutenir les COP « aussi longtemps que possible ».

Quel est votre parcours ?

J’ai été pendant 25 ans producteur de films au Kenya, mon pays natal. Et l’un de mes clients était le Programme des Nations unies pour l’environnement qui ont leur siège à Nairobi, la capitale. En 2006, la COP a été organisée là-bas. On m’a proposé de m’occuper de la couverture TV de la COP et des médias en général. Je n’ai pas arrêté depuis. C’est ma 17e COP.

Combien de médias sont-ils accrédités pour cette COP27 ?

Il y a 3 430 médias accrédités, dont 50% d’équipes TV et radios (environ 30% de radios) et 50% sont journalistes. Il y en avait 30 à ma première COP, en 2006 et environ 5 000 à Paris.

Tous les continents sont représentés. La majorité sont d’Égypte. Les médias doivent être un gros business ici parce qu’ils sont vraiment nombreux. Quelques pays ne sont pas là. Un bon nombre des médias européens qui étaient à Glasgow ne sont pas venus non plus. Et c’est souvent un défi financier pour les médias africains et sud-américains de venir à une COP.

Qui paie et combien pour obtenir une place dans ce centre des médias ?

Comment sont sélectionnés les médias qui pourront participer ?

Quand commencez-vous à préparer une COP ?

Vous sentez-vous sous pression ?

Quel est votre meilleur souvenir ?


Lire la suite sur RFI